PUBLICITÉ

4 trucs pour arrêter de se comparer

Fêtes et occasions spéciales image article
Râler parce que les autres semblent avoir une vie meilleure que la nôtre est une habitude néfaste. Pour s’en débarrasser, suivez nos 4 conseils.
 
Ne pas chercher à impressionner
Souvent quand on se compare, c’est qu’on est déjà en plein dans un mode de compétition. On cherche à gagner, impressionner ou susciter l’attention des autres. Danger! Quand on est ainsi, on ne fait plus les choses pour soi (ou sa famille), mais en vue de récolter l’approbation ou, même, les félicitations des autres.
 
Être fier de son ingéniosité
On ne mène pas notre vie comme les autres? Tant mieux, c’est qu’on est capable d’être créatif même dans le quotidien. On ne réussit peut-être pas de façon flamboyante, mais on réussit quand même! On n’a pas à tous suivre le même chemin. Plus on se sent bien, plus on prend confiance en soi, moins on a besoin de calquer les autres. Vive nos propres idées! 
 
Prendre une distance
Selon l’adage connu, « ce qui brille n’est pas toujours de l’or ». Cette maxime nous rappelle que ce qu’on voit n’est pas toujours la complète vérité. Et, en particulier, sur les médias sociaux! Si on examine la vie des autres sur Facebook et Instagram, on pourrait rapidement être déprimé. Leur vie parait toujours meilleure/plus belle/plus facile/plus excitante que la nôtre. Mais est-ce vraiment la vérité pure et dure? On se rappelle que les gens choisissent ce qu’ils mettent sur les différents réseaux sociaux, donc ils ne nous montrent que leurs bons côtés (et rarement les moments plus difficiles!). On prend une distance face à ce flot d’images un peu trop parfaites qui font pâlir notre vie.
 
Apprécier ce qu’on a
Eh oui, c’est le conseil classique, mais qui reste le pilier central pour mettre fin à notre propension à se comparer tout le temps. Pour y arriver, on se demande ce qui est vraiment important pour nous? Est-ce les voyages ou la grosseur de notre maison? Est-ce le temps qu’on a en famille chez soi ou nos vendredis soirs en ski? Aime-t-on plus aller au restaurant ou avoir une auto neuve? On fait le ménage dans nos besoins. On choisit ceux qui sont importants pour notre cocon familial. Ainsi, en sachant nos « buts », il est plus facile de résister à la tentation de dire « Ahh eux, ils sont chanceux parce que... ». On sait pourquoi « nous », on est chanceux! Et on concentre notre attention là-dessus.