PUBLICITÉ

Jeter, garder, recycler : Le tri annuel de notre vie

Fêtes et occasions spéciales image article
J’entends souvent les gens parler de la nouvelle année comme d’une nouvelle aventure. Une toile blanche pleine de promesse. Comme si une ère nouvelle s’élevait soudain et nous faisait tourner la page sur le passé.
 
Mais vous et moi savons très bien qu’à part sur le calendrier (et sur son volumineux relevé de carte de crédit), on ne tourne aucune page. Dans la nuit du 31, on reste à peu près la même personne qu’avant, si ce n’est avec un petit mal de tête supplémentaire.
 
On a toutefois le besoin de se convaincre qu’on repart en neuf. De sentir qu’on a une chance de recommencer ce qui n’est pas à point dans notre vie. De là les bilans et les fameuses résolutions.
 
Mais pour dire la vérité, c’est rare qu’on change complètement de vie en quelques mois. On traîne pas mal les mêmes trucs avec soi d’une année à l’autre. Et ce temps des « bilans », c’est plus comme un système de gestion des matières domestiques. Oui oui.
 
On garde, on jette, on recycle. Comme si le Grand Camion de la Vie passait à ce moment-ci de l’année et qu’il faut déposer nos bacs au chemin.
 
On garde ce qui a fait notre bonheur. Nos belles découvertes des derniers mois, nos coups de cœurs de l’année. On garde notre motivation quand ça va bien. On garde notre objectif en tête quand il est encore bon pour nous.
 
Les rêves qui ne se sont pas réalisés l’an passé, ce sont des rêves qui peuvent vivre encore. Il faut les garder eux aussi. On garde le focus, on garde ce qui va bien, on garde le goût du bonheur.
 
Parfois, il faut jeter. Les mauvaises habitudes, les relations malsaines, les erreurs du passé, les pensées envahissantes. Quand ça nuit au bonheur, on dépose ça loin de nous, on s’essuie les mains et on s’éloigne. On n’en garde que la leçon ou l’expérience. Le reste doit aller au dépotoir.
 
Et souvent, c’est du recyclage. Ce sont nos petites résolutions habituelles. On ne rejette pas complètement une facette de notre vie, on veut juste la peaufiner un peu. Lui donner une deuxième vie, un souffle nouveau.
 
S’entraîner davantage. Manger mieux. Consacrer plus de temps à ses amis. Foncer un peu plus. Aller plus loin dans nos défis professionnels. Arrêter de procrastiner. Et tant d’autres. En gros, c’est d’améliorer une situation. On recycle ce qui peut servir et on le transforme en quelque chose de neuf, d’inspirant. C’est presque du compostage.
 
Alors voilà comment le gars de banlieue en moi voit le début d’une année. Ce n’est qu’un moment pour faire le tri. Dans sa vie, dans ses objectifs et… dans ses vidanges mentales.
 
En espérant qu’au terme du cycle, la matière résiduelle sera toujours un peu plus de bonheur.