PUBLICITÉ

Le bonheur est dans le buffet

Fêtes et occasions spéciales image article
Ne le nions pas: un des grands plaisirs du temps des fêtes, c’est de manger.
 
Même si on se plaint que c’est gras, que c’est sucré, que c’est trop, qu’on passe son temps à table ou qu’on a pris 10 livres juste par les narines, il reste que la bouffe des fêtes, c’est une grande partie du charme de cette saison.
 
Rien de plus rassembleur qu’une belle grande tablée des fêtes, remplie de gens qu’on aime.
 
Le repas fait plaisir à tous nos sens. Juste l’odeur, c’est déjà un plaisir. Quand les yeux voient le festin, ils en pleurent presque de joie (les larmes sortent par les papilles gustatives). Les textures parfaites font plaisir à la bouche et bien sûr, il y a le goût qui est au comble de l’extase. Ce n’est pas le moment de réfléchir. C’est le temps de manger.
 
Pour une fête réussie, la table est aussi importante que le sapin. Remarquez quand on reçoit pour les fêtes, est-ce que tous les invités s’empressent d’aller s’écraser dans le salon pour jaser, bien installés dans les divans? Pas du tout. Habituellement, tout le monde reste debout dans la cuisine, autour de l’ilot (s’il y en a un).
 
La cuisine, c’est le centre de la maison. Comme le repas est le centre du party. Oh, il y a bien la distribution des cadeaux, mais à part pour les enfants, ça reste surtout un élément mineur de la fête. Le repas, par contre, dure longtemps.  Et avec tous les desserts et autres grignotines qui apparaissent au fil de la soirée, ça ne finit à peu près jamais.
 
Et pourquoi diable mange-t-on autant, durant les fêtes? Aucune idée. Mettez un bol de chips, des craquelins, des crudités, une trempette, une guacamole, des peanuts, des chocolats, n’importe quoi, et ce sera comme un aimant pour les mains.
 
Faut pas se sentir coupables d’en profiter. Ça arrive juste une fois par année, comme dit la toune. Et de toute façon, à quoi serviraient nos résolutions, si on ne faisait pas d’excès?
 
En revoyant les classiques des fêtes à la télé, j’ai constaté qu’Obélix lui-même l’avait compris il y a bien longtemps, en quittant l’Île du Plaisir : Manger est un bonheur.
 
 Voici un top 5 bien personnel de mes incontournables des fêtes :
 
#5 : La dinde
C’est drôle, on mange du poulet toute l’année, puis soudainement aux fêtes on sort la dinde et on fait semblant de trouver ça très différent. Mais bon, elle est préparée avec amour, et elle trône si bien au centre d’une belle tablée des fêtes.
 
#4 : La tourtière Le pâté à la viande
La tourtière, c’est une appellation d’origine contrôlée. Pour la servir, ça prend un diplôme du Lac St-Jean. Mais n’empêche, même le simple pâté à la viande qu’on sert est un indispensable de la tablée des fêtes.
 
#3 : Le pain au fromage des fêtes
Il porte plein de nom différent (pain surprise, pain campagnard, pain au fromage) mais la base reste la même : un pain tranché sur le long, rempli de garniture aux œufs, jambon et poulet, et recouvert d’une bonne couche de fromage à la crème. Ça se mange à n’importe quelle heure, comme déjeuner, diner, souper ou collation. Mioum.
 
#2 : Le ragoût de boulettes
Si un chef tentait d’inventer ce plat aujourd’hui, il ferait rire de lui dans tout l’univers culinaire. C’est gras, affreux et pas raffiné pour cinq sous. Mais puisque c’est branché directement sur nos souvenirs d’enfance, c’est un incontournable sur la table. L’estomas est plus fort que les yeux.
 
#1 : Les desserts des fêtes
C’est trop difficile de faire un choix. Sucre à la crème, bûche de Noël, biscuits, brownies, chocolats, gâteaux, crème glacée, coulis à l’érable, la liste est infinie. Oui, les fêtes, c’est une sucrée de belle période pour les bébittes à sucre.