PUBLICITÉ

Le doux plaisir de l’attente

Fêtes et occasions spéciales image article
Le verbe « attendre » est rarement positif. Habituellement, c’est synonyme de perdre son temps, de trépigner, d’être impatient. Attendre en ligne, attendre à l’urgence, attendre son tour.
 
Mais il y a quand même des fois où l’attente devient quelque chose de vaguement agréable : Quand au bout, il y a un événement positif.
 
Je discutais de ça cette semaine avec ma fille de 8 ans (qui ne se peut plus d’attendre Noël). Elle rêve au 25 décembre avec une excitation qui fait chaud au cœur. Je croyais au départ qu’elle n’en avait que pour les cadeaux mais non, on dirait que c’est l’ensemble de la fête qui l’attire. Elle a le sens du party, faut croire.
 
Mais en attendant, elle trouve ça long. J’essayais de lui faire réaliser à quel point l’attente fait partie du plaisir. Mais à son âge, c’est peine perdue. On réalise des choses étranges comme ça juste un peu plus tard dans notre vie.
 
Avouez, au quotidien, on ne devrait attendre que pour des événements positifs. Jamais pour des trucs désagréables. Comme chez le dentiste, par exemple. Ou attendre pour des résultats d’examens. Vous l’avez tous déjà vécu, l’attente dans le doute, c’est de la torture mentale.
 
Par contre, l’attente pour quelque chose d’agréable, ça c’est de l’anticipation. Le seul bémol (et vous le remarquez chaque fois que vous prenez des vacances), c’est que plus on attend quelque chose longtemps, plus on a l’impression que ça passe vite ensuite.
 
Question de faire durer le plaisir de l’attente avant Noël, les parents ont inventé plein de stratégies. Comme le calendrier de l’Avent : Une petite porte chaque jour pour les faire patienter avec le sourire, avec un chocolat ou une bébelle.
 
Même chose pour les lutins. Ils arrivent avant Noël, dans une autre tentative d’étirer le plaisir et d’aider à la patience de nos petits trésors (c’est surtout la nôtre qui est mise à rude épreuve). Ce qui est spécial, c’est que maintenant, ils attendent avec impatience ces éléments justement inventés pour les faire patienter! On a juste déplacé le problème.
 
Le plaisir est dans l’attente, donc. C’est vrai pour Noël, c’est vrai pour les vacances, c’est même vrai pour les galipettes au lit (un peu, pas trop!) Avoir hâte à quelque chose, c’est un sentiment extraordinaire. Dans nos vies trop rapides où le plaisir est devenu instantané, où personne n’a même le temps de s’ennuyer, l’attente positive est devenue trop rare.
 
Compter les jours jusqu’à Noël, c’est bien. Mais le plaisir n’est pas juste au bout de la route. Chaque jour qui passe nous offre son petit chocolat. À nous d’ouvrir la bonne porte.