PUBLICITÉ

«Maman, il vient d'où le père Noël?»

Fêtes et occasions spéciales image article
Présenté par
Retour au dossier
Noël et cie

Des Rois mages à saint Nicolas, en passant par le père Noël, ils sont plus d'un à distribuer des cadeaux en cette fin d'année. Mais d'où nous vient réellement cette tradition?

Durant la période des fêtes, on peut apercevoir le père Noël un peu partout dans le monde. À Québec, à Montréal, à New York, à Mexico, à Londres, à Paris ou même à Tokyo, ce bon gros bonhomme barbu émerveille petits et grands. Le père Noël a autant d'admirateurs qu'il a un long vécu...

Douce nostalgie                                        

En 1897, la petite Virginia O'Hanlon envoie au New York Sun une lettre devenue célèbre dans laquelle elle écrit: «Cher directeur, certains de mes amis prétendent que le père Noël n'existe pas. S'il vous plaît, dites-moi la vérité. Le père Noël existe-t-il?» Ému, le journaliste Francis Church lui répond dans les pages du journal: «Oui, Virginia, le père Noël existe. Il existe aussi bien que l'amour, la générosité et le dévouement existent, et tu sais qu'ils abondent et qu'ils donnent à ta vie sa beauté et sa joie suprêmes. Hélas! comme le monde serait lugubre si le père Noël n'existait pas! Il serait aussi lugubre que s'il n'existait aucune Virginia. Il n'y aurait alors plus de foi d'enfant, plus de poésie, plus de rêverie pour rendre tolérable cette existence. Pas de père Noël! Dieu merci, il vit et il vivra pour l'éternité. Et dans mille ans, Virginia,... non, dans dix mille ans, il continuera de réjouir le coeur des enfants.»

Mais il vient d'où le père Noël? Nombre d'entre nous n'en ont pas la moindre idée. Plusieurs ignorent que l'arbre de Noël et le père Noël font partie des racines mêmes du monde occidental...

Une fête d'origine païenne

Grande fête chrétienne, Noël commémore la naissance de l'enfant Jésus. Ainsi, le mot «Noël» vient du latin natalis, qui signifie «nativité» ou «jour de la naissance». Mais avant même l'avènement du christianisme, des fêtes romaines, germaniques ou celtiques marquent déjà le début de l'hiver partout en Europe.

Destiné à supplanter les célébrations et les rites païens, le calendrier des fêtes religieuses fait peu à peu son apparition à partir du IVe siècle. Les premières célébrations de la naissance de Jésus se situent donc à cette époque, période où le christianisme devient la religion du plus grand nombre. Finalement, c'est en l'an 354 que le pape Liberus instaure la Nativité et retient la date du 25 décembre.

On dit même que l'Église a introduit la figure des saints dans les coutumes païennes existantes – dont saint Nicolas, patron des enfants – dans le but de christianiser l'ancienne religion celtique et d'en éliminer les dieux païens. Cependant, le mythe de «l'homme de Noël», esprit de l'ancêtre et gardien des traditions, se révèle un des plus anciens et des plus tenaces de la société occidentale, bien qu'au fil des siècles et au gré des cultures, il se soit quelque peu transformé.

L'image tant aimée du père Noël moderne ne représente que la pointe de l'iceberg. Son origine et celle de l'arbre de Noël remontent en fait à plusieurs milliers d'années, lorsque le personnage mythique aujourd'hui appelé père Noël ou Santa Claus était considéré comme l'esprit de l'ancêtre venant rendre visite à ses descendants.


Page 2 | Saint Nicolas, patron des enfants
Page 3 | Santa Claus