PUBLICITÉ

La vie avec des enfants multi-sportifs

Sports image article
 
Si vos enfants pratiquent un sport depuis quelques années, vous avez sans doute réalisé que vos weekends sont plus courts que les gens normaux.
 
Je dis « sport », mais ça peut aussi être vrai pour la musique, la danse, etc. Évidemment, il faut multiplier ça par le nombre d’enfants dans la famille, parce que tout le monde doit avoir la même chance, n’est-ce-pas?
 
Cours à gauche, pratique à droite… Voilà pourquoi on a cette face-là quand on se croise le dimanche matin au gymnase, à l’aréna ou à la piscine.
 
Mais il arrive aussi que les enfants pratiquent plus qu’un sport, dans l’année. Par exemple un sport d’hiver (hockey, patin, ski) et un sport d’été (soccer, baseball, course). Sur papier, c’est magnifique. Mais en réalité, il arrive trrrrrrès souvent que les sports se chevauchent. Bonjour le casse-tête.
 
C’était déjà pas évident de jumeler l’horaire sportif de chacun avec l’horaire familial, voilà qu’il faut concilier les différentes activités d’un même enfant. Le choix n’est pas toujours évidemment et ça finit souvent avec des gros yeux de la part des coachs.
 
Chez nous, on a établi une échelle de priorités sportives en cas de conflit d’horaire (chuuut, ne le dites pas aux entraîneurs!):
 
-       Un match est plus important qu’une pratique
-       Un tournoi est plus important qu’un match de saison
-       Les séries éliminatoires passent avant la saison régulière
-       Entre deux pratiques équivalentes, on choisit… la moins loin!
-       Entre deux matchs, pas de règle, c’est au choix de l’enfant.
 
Certaines années bénies (quand l’équipe de hockey se fait éliminer de bonne heure), on peut compter sur 2-3 semaines de répit. Pas de sports pendant quelques weekends, c’est le bonheur! Mais souvent, il n’y a aucun moment mort. Au contraire.
 
Plus les années passent (et plus le niveau monte), moins ça s’améliore. Les gens du soccer suggèrent fortement de continuer les pratiques à l’intérieur pendant l’hiver, pour ne pas perdre la touche. Et la saison de hockey s’étire toujours de plus en plus avec des championnats régionaux, des tournois printaniers, des camps d’entrainement, etc.
 
On s’entend, je ne me plains pas. Après tout, c’est moi qui ai signé les chèques d’inscription. Je savais dans quoi je m’embarquais. Mais parfois, c’est difficile de faire un choix sans froisser personne. Même les enfants peinent à décider, quand ils doivent le faire.
 
Quand on lui demande quel est son sport préféré, ma fille ne sait jamais quoi répondre: « L’été, j’aime mieux le soccer, mais l’hiver j’aime mieux le hockey. »
 
J’imagine qu’au printemps et à l’automne, elle aime les deux.
 
Comme c’est présentement dans l’entre saison, il est possible que ces jours-ci, vous aussi vous courriez entre deux terrains ou deux gymnases. Bonne chance, les parents.
 
Vous aussi vous êtes des multi-sportifs.