PUBLICITÉ

À toi, la Soccer Mom

Sports image article
Je sais qu'il y a beaucoup de papas très impliqués dans les sports des enfants, qui y investissent temps, cœur et argent. Mais là c'est aux mamans que j'ai le goût d'écrire. À vous, les soccer moms, que je croise depuis des années sur la pelouse, dans les estrades et même en gymnase, l'hiver.
 
Tout d'abord, bravo. Bravo d’accepter que votre enfant fasse un sport organisé avec tout ce que ça implique. Avouez que c’est plus demandant que vous ne pensiez, hein? Malgré tout, vous prenez votre rôle avec le sourire.
 
Je vous trouve bien organisées, les mamans. Vous pensez toujours à tout, y compris le superflu. D’accord, on rigole un peu quand vous préparez une veste et deux paires de bas de plus ou quand vous remplissez une 2e bouteille d'eau, mais au fond, on envie votre 6e sens. Votre enfant ne pensera jamais mettre la tuque que vous avez ajoutée au fond du sac, mais à moins, elle était là. 
 
Vous encouragez bien les enfants. Vous encouragez pour encourager, pas pour y glisser subtilement un reproche ou une remarque. En fait, la seule chose qui peut vous inciter à hurler un conseil à votre enfant sur le terrain, c'est si vous constatez avec horreur que son lacet est détaché.
 
Vous faites du bien aux autres parents. L'esprit d'équipe, c'est aussi dans les estrades que ça se passe. Quand, entre deux "Let's Go l’équipe, let’s Go!", vous sortez de votre sac une bouteille de blanc avec des coupes en plastique « pour mettre un peu de soleil dans la pratique du lundi soir », vous êtes génialement diaboliques. Tchin tchin!
 
Même après des années, vous ne comprenez pas complètement toutes les règles. Mais vous êtes tellement charmantes quand vous demandez timidement "c'était tu un hors-jeu, ça?" ou quand vous continuez de crier même quand le jeu est arrêté ("Comment ça se fait que personne ne bouge?)"
 
Bravo d'accepter les dommages collatéraux du soccer. Comme la gestion de l'équipement, les surprises de la météo et l’obligation de ramener un enfant dégoulinant de saleté dans son auto.
 
Bravo pour les acrobaties en gestion familiale quand vous avez plus qu'un enfant qui joue. Ou alors quand les plus jeunes ne pensent qu’à filer vers le module de jeux à côté du terrain plutôt que regarder le match. Bravo de maîtriser l'art de la négociation ("On va y aller tantôt, glisser").
 
Je vous admire de trouver toujours les bons mots pour votre enfant, après une performance ordinaire. Contrairement à d'autres, vous êtes émotives pendant le match et non après. C'est la bonne formule.
 
Quand je dis émotives, c'est tout de même mesuré. Statistiquement, il doit y avoir pas mal moins de mamans que de papas qui hurlent après les arbitres. Par contre, j'adore vos petits cris aigus quand le ballon donne l’impression de s’approcher du filet. Des descripteurs passionnés, ça peut rendre un match plus palpitant qu’il ne l’est vraiment.
 
Quand un enfant reste étendu au sol ou qu'il reçoit un ballon en plein visage, je vois votre visage inquiet. Même quand il fait partie de l'autre équipe. Parce que derrière le masque de partisane, il y a toujours un cœur de maman.
 
Et… vous êtes belles.
 
Oui, merci les mamans de soccer. Votre enfant ne jouera sans doute jamais pour l'Impact et il va peut-être ramener plus de bas sales que de trophées. Mais le temps que durera cette aventure, il aura pu compter sur une extraordinaire alliée. 
 
Pour moi, dans les gradins, vous êtes l’étoile du match. Bonne fin de saison!