PUBLICITÉ

Avant les vacances, les bagages

Vacances et voyages image article
C’est une réalité à laquelle on ne peut échapper : avant les vacances, il y a les bagages. Qu’on parte loin ou proche, longtemps ou non, ça ne change presque rien. La corvée des bagages apportera son lot d’aventures.
 
Le dilemme est toujours le même : On rêve de partir léger… mais on aime le confort. On ne veut pas se casser la tête à tout prévoir… mais on n’aime se faire prendre par les imprévus.
 
Chaque fois, on revit le même processus :
 
1) Commencer à les préparer les bagages trop tard.
 
Oui, attendre à la dernière minute, question d’être stressé. Et de stresser tout le monde par le fait même.
Mais on a l’excuse parfaite : si les bagages sont prêts trop tôt, on n’aura plus rien à se mettre en attendant les vacances!
 
 
2) En emmener trop
 
Il y en a toujours trop. Peu importe la grosseur du contenant utilisé, les bagages représentent toujours 110% de l’espace disponible.
Selon une étude, on emmène en moyenne 9 morceaux de linge qui ne serviront pas, en vacances. Mais on tente quand même de se convaincre que l’ancien dicton de grand-maman est toujours vrai : Pour qu’il y en ait assez, il faut qu’il y en ait trop.
 
 
3) Refuser quelque chose aux enfants
 
Ma fille voudrait partir avec toute sa chambre dans sa valise. Y compris des jouets qu’elle n’a pas touchés depuis des lunes. On dirait que l’éventualité de la séparation donne beaucoup de valeurs aux choses.
 
Et mon garçon, lui, a peur de se séparer de sa technologie. Il pourrait traîner un routeur et un modem dans sa valise que je n’en serais pas surpris.
 
 
4) Manquer de place
 
En fait, l’espace sert de système d’alarme. S’il reste de la place dans l’auto au moment de partir, alerte! On oublie sûrement quelque chose.
 
 
5) Oublier effectivement quelque chose qu’on avait prévu apporter
 
Parfois, c’est à cause d’une mauvaise communication « Ben oui mais je pensais que c’était toi qui t’en occupais! »
D’autres fois un simple oubli qui prouve qu’on était vraiment dû pour des vacances.
 
 
6) Oublier une chose à laquelle on n’avait juste pas pensé
 
C’est normal et ça s’appelle l’expérience. On s’améliore toujours au fil des escapades. Après quelques années de sorties avec les enfants, même les imprévus deviennent prévisibles.
 
 
7) Éparpiller les bagages en voulant saisir un chandail au fond de la valise
 
Un enfant qui cherche intensément quelque chose, ça peut générer un flot d’énergie assez chaotique, merci.
Et les bagages ont ceci de mystérieux qu’une fois sortis, ils n’arrivent plus à rentrer avec la même grâce que la première fois.
 
 
Bons préparatifs. Et dites-vous que tout ça est pour une bonne cause : les vacances.