PUBLICITÉ

Pas de pression à la relâche!

Vacances et voyages image article
De nos jours sur la planète Parents, les occasions de se mettre (ou de se laisser) mettre de la pression sont nombreuses. La relâche scolaire n’y échappe pas...
 
Peut-être ai-je un trouble de mémoire important, mais quand j’étais étudiante, je ne me souviens pas que cette semaine de congé ait représenté autre chose… qu’une semaine de congé d’école.
 
Je ne me souviens pas de surenchères entre mes amis ou leurs parents pour voir qui allait dans le sud, qui partait dans un super chalet en montagne. Comme Internet n’était pas là, il n’était pas non plus question de consulter un nombre infini de listes de bricolages ou de sorties à faire pendant cette période.
 
Que faisions-nous donc, alors???
 
Télé, jeux dans la cour enneigée, glissades là où on trouvait une côte. Dessins, bricolage (non supervisés), jeux dans le sous-sol, lecture…
 
Peut-être n’étais-je pas représentative de mes amis, de mon époque?
 
En tout cas. J’ignore si c’est parce que mes relâches ressemblaient à ça ou non, mais depuis que je suis maman, je vis cette semaine pas mal de la même manière. (À part que comme mère, je travaille en même temps et que j’ai plus de vaisselle à laver!)
 
De toute façon, amanchée comme je suis en ce moment, on oublie les glissades, le patin et même, les bonhommes de neige. Le sud? Mis à part que les prix sont exorbitants en cette période, à 32 semaines de grossesse, je n’ai pas droit à l’avion. Donc, papa prendra cette année une journée de congé et il amènera la marmaille dehors s’il ne fait pas- 1000. Ou on ira au cinéma. Eh non! Je ne tiens même plus assez longtemps sur mes jambes pour aller au musée ou quelque chose du genre.
 
Alors ce soir, c’est une vraie relâche qui s’entame. Pyjamas, dodos plus tard, collation à n’importe quelle heure, pas de lunchs, pas de devoirs et peut-être même pas toujours de réponse quand les amis sonneront à la porte ou au téléphone.
 
Ne pensez pas que j’exècre les activités organisées que plusieurs feront. Je leur souhaite à tous de s’amuser au max! Tant que c’est leur choix et que toute la famille est bien là-dedans (et ça inclue les parents!).
 
C’est juste que  ce n’est pas cette année que je rejoindrai le club des super parents de la relâche. À moins qu’il y ait un club d’hippopotames impotents dans le lot…?
 
Et si vous êtes comme moi et que vous ne pouvez ou ne voulez pas relâcher comme le suggèrent les magazines, je vous souhaite tout autant de vous amuser. À votre façon!
 
Et si au retour de ce congé, on vous demande ce que vous avez fait pendant cette semaine, vous pourrez toujours  dire que vous avez relâché un ou plusieurs items de cette liste ;)
 
Bonne relâche, petits et grands!