PUBLICITÉ

On a perdu le Nord

Vacances et voyages image article
Si vous habitez dans une région du Québec où il y a présentement de la neige, vous ne comprendrez peut-être rien à ce billet. Réjouissez-vous et allez jouer dehors, mes chanceux!
 
Mais dans notre coin de province, on se demande sincèrement si Dame Nature n'a pas perdu le Nord!
 
Par ici, pas de neige, ou à peine quelques flocons égarés. Des gens qui envahissent encore les terrains de golf à quelques jours de Noël. Et un festival de records de températures. Vraiment, c’est inquiétant.
 
Ce ne sera pas la première fois où on n’aura pas un Noël blanc. Mais parti comme c'est là, notre Noël 2015 sera une fête d’automne.
 
Je connais des frileux qui sont bien heureux de vivre au-dessus des normales de saison. Et des automobilistes qui sont bien contents d’éviter les conditions périlleuses. C’est vrai.
 
Mais quand même. Ce serait bien de retrouver un hiver digne de ce nom, éventuellement. Sinon, le Père-Noël va devoir livrer ses cadeaux en chaloupe. Et avec les enfants, on va sortir faire des bonhommes de boue.
 
On veut de la neige, bon! La beauté de notre coin du monde, c’est d’avoir quatre saisons. Et quatre saisons franches. Un printemps boueux et sucré. Un été chaud et piquant de moustiques. Un automne frais et coloré. Un hiver froid et blanc. C’est ça, le Québec.
 
Et voyez-vous, j’aime le froid! C’est toujours plus facile de se réchauffer que de se rafraîchir. Même notre tête, elle peut surchauffer très vite mais c’est tout un défi de la garder froide.
 
On a besoin de la fraîcheur hivernale pour se réveiller les sens. Le Royaume du Bonhomme hiver est pas mal moins impressionnant qu’avant. Du vrai hockey, ça se joue sur la glace, pas sur l’asphalte! Et les pauvres motoneigistes qui regardent les sentiers encore verts en se disant « j’aurais donc dû acheter un canot ».
 
Je ne sais pas chez vous, mais ici, on a hâte à la neige. Elle représente tout un tracas, elle cause des problèmes, on peste contre elle en la pelletant et elle nous tombe toujours dessus au pire moment. Mais sincèrement, on ne se passerait pas d’elle.
 
Savez-vous, c’est exactement comme une relation frère-sœur. Ils ont de la difficulté à se tolérer, ils ne peuvent pas sentir l’autre à moins de deux mètres, mais s’ils se retrouvent seuls trop longtemps, la présence de l’autre leur manque.
 
C’est ça, notre relation avec l’hiver. Une relation amour/haine… qu’on doit préserver à tout prix. Après tout, le Nord fait partie de nous.