PUBLICITÉ

Stratégies pour réussir ses vacances

Vacances et voyages image article
Vos vacances sont-elles déjà derrière vous? Désolé. Les miennes aussi achèvent. (Oui oui, j’écris même en vacances. C’est juste que je le fais en gougounes et en maillot à moitié mouillé, sur le patio, quand bon me semble.) Pour celles et ceux qui se gardaient ça pour la fin de l’été, soyez heureux et profitez-en bien.
 
Mais ça veut dire quoi, « en profiter »?
 
Je ne suis pas un spécialiste en la matière ni meilleur qu’un autre, mais je vous partage quelques observations sur la manière de se sentir comblé en revenant de ses vacances. Rien que vous ne savez pas déjà. Mais bon, ça fera un rappel.
 
1. Mettre au moins un peu d’extraordinaire
Les vacances, par définition, c’est quelque chose de spécial. Ça doit être spécial. Que vous ayez deux semaines ou deux mois par année, il faut qu’il se passe des choses extraordinaires dans cet intervalle. Peut-être pas à chaque seconde, mais au moins quelques fois. Et pour les enfants, l’extraordinaire n’est pas toujours le plus cher.
 
L’extraordinaire peut être un classique qu’ils attendent impatiemment (des guimauves sur le feu, chasser des grenouilles, faire des manèges, voir des feux d’artifices, etc.) ou encore une nouveauté qu’ils vivent pour la première fois (faire du kayak, coucher dans une tente, manger de la barbe à papa, n’importe quoi).
 
2. Faites des choses différentes
C’est un fait : Le temps passe toujours plus vite en vacances que quand on travaille. Aussi, quand vient le temps de classer ses souvenirs, le cerveau aussi semble accorder plus d’importance à l’action qu’à la répétition. Je remarque que dans mes souvenirs, la semaine à Disney World m’a semblée beaucoup plus remplie qu’une semaine écrasé sur une plage dans le sud. Aussi, même en couchant à la maison chaque soir, il y a moyen de rendre sa semaine de vacances inoubliable. Le contenu est plus important que le contenant.
 
3. Aller loin pour décrocher plus vite
Il paraît que ça nous prend 4 jours et demi de vacances avant de complètement décrocher. C’est long, ça. Quand je le peux, j’aime partir loin dès les premiers jours de vacances, afin de favoriser le dépaysement rapide. Encore mieux si c’est au fond des bois, sans wifi ni cellulaire.
 
4. Apliquer le concept du confort croissant
Quand nos vacances se résument à plein de petites sorties d’un jour ou de quelques nuits, je préfère toujours commencer par les plus rustiques et finir par les plus confortables. Genre le voyage de pêche au début, le séjour à Québec à la fin. Et en dormant dans une tente en commençant les vacances, on apprécie drôlement plus le confort de l’hôtel à la fin. C’est un détail, mais on a au moins l’impression de monter d’échelon. (En prime, ça donne le temps à notre dos de se replacer…)
 
5. Vivre vraiment avec ses enfants
Ce n’est pas que notre vie de parents est plate en général, mais donner des consignes, appliquer des routines, grogner, dire de se dépêcher et les pousser à faire mieux plus vite, ce n’est pas vraiment notre définition préférée de la mission parentale. Ce qu’on aime c’est rire, découvrir, apprendre, partager des moments uniques, explorer et passer des instants précieux. C’est souvent en vacances que ça se passe.
 
6. Avoir des moments pour soi
En parallèle du point précédent, ça nous prend aussi des moments de VRAI calme. Quelques heures à lire au soleil sans entendre de chicanes, c’est essentiel. Les moments de couple sont aussi un chapitre important des vacances.
 
7. Être en gang
Être une famille unie, ça ne veut pas dire être une famille isolée. Partager de beaux moments avec des amis, ça rend parfois les vacances encore plus magiques. Et ne le cachons pas, ça occupe aussi les enfants…
 
8. Voir loin
On a beau être grands et matures (hum hum), il y a encore en nous un petit côté enfant qui ne veut pas que les vacances finissent. Vers la fin, quand le blues du dernier dimanche approche, c’est le moment de sortir du moment présent et de… planifier les prochaines vacances. Ce qu’on aurait aimé faire différemment, ce qu’on rêve de voir la prochaine fois, ce qu’on se promet de revivre éventuellement. Voir loin, ça évite de penser à demain.
 
Sur ce, mon maillot est presque sèche. Il est temps de retourner ne rien faire.
 
Bonnes vacances, maintenant, demain ou plus tard.