PUBLICITÉ

Allaitement ou biberon: le choix qui dérange

Allaitement 0-24 MOIS image article

Tout le monde en convient, les bienfaits de l'allaitement sont nombreux et indiscutables pour bébé. Mais pour les mamans qui optent pour le lait maternisé, comment s'y retrouver au rayon des laits, biberons et tétines? Petit tour d'horizon sur la question.

L'allaitement est un geste naturel qui existe depuis que le monde est monde. Ses avantages sont nombreux pour le bébé, car le lait maternel contient des anticorps lui assurant une meilleure protection contre les infections. Le lait des premiers jours est appelé colostrum, puis il devient le lait de transition et enfin le lait mature. L'allaitement a aussi de nombreux avantages pour maman: le lait n'a pas à être chauffé, il est toujours à la température idéale et il est offert sur demande.

L'aide à l'allaitement

Santé Canada recommande aux mamans un allaitement exclusif pour une période de six mois. Mais de nombreuses femmes abandonnent en cours de route, parce que l'allaitement n'est pas toujours facile. Catherine Hudon est infirmière à l'Hôpital de Montréal pour enfants au service des soins intensifs néonataux. Actuellement en congé nordique, elle travaille dans la communauté crie, au CLSC de Chisasibi. «On parle toujours de l'allaitement comme d'une chose extraordinaire, mais on oublie de mentionner que ce n'est pas nécessairement facile, dit-elle. Il faut savoir que ça peut être difficile durant les premiers jours. En fait, durant les deux premières semaines, bien des mamans peinent à allaiter.»

Si on souhaite poursuivre l'allaitement mais qu'on éprouve des problèmes, on peut s'adresser à des personnes-ressources de notre région. «On peut trouver de l'aide au CLSC, à Nourri-Source, à La Leche et auprès des marraines d'allaitement, explique Mme Hudon. À l'hôpital, on peut aussi s'informer d'un endroit où l'on peut obtenir du soutien. Il y a une consultante en allaitement dans presque toutes les salles d'obstétrique, et elle peut répondre aux questions des mères. Il y a aussi des cliniques spécialisées en allaitement.»

De la persévérance

Si notre production n'est pas suffisante, il existe un médicament, le dompéridone, pour nous aider. On peut aussi opter pour un dispositif d'allaitement, un petit tube à gavage qu'on met dans un biberon et sur le mamelon, et qui permet à bébé de téter au sein tout en prenant de la formule.

Même si l'allaitement débute mal, il y a de fortes chances pour que cela s'améliore d'une journée à l'autre. Si la première expérience d'allaitement n'a pas été concluante, la deuxième pourrait l'être. Il faut essayer, tenter sa chance et ne pas jeter l'éponge si c'est ce qu'on souhaite vivre avec notre enfant.

Contre-indications de l'allaitement

Les raisons pour ne pas allaiter sont plutôt rares au Québec. On suggère de ne pas le faire dans des situations bien précises, notamment si la mère subit des traitements de chimiothérapie, est porteuse du VIH, est malade ou sous médication.

Au-delà de ces restrictions, on peut aussi choisir de ne pas allaiter. Il faut alors offrir à bébé un lait maternisé de qualité.

Quel lait maternisé choisir?

On privilégie ceux qui sont faits à base de lait de vache et qui sont enrichis de fer, un minéral extrêmement important pour le nourrisson. Comme les laits sont généralement enrichis de vitamine D, nul besoin de donner des suppléments à bébé, qui saura trouver tout ce qui lui convient dans le lait maternisé, conçu pour ressembler au lait humain. On ne recommande pas d'offrir au poupon une préparation à base de soya, à moins que le médecin ne l'ait prescrit.

Les laits maternisés sont offerts sous différentes formes. Il y a les liquides prêts à employer, les liquides qui doivent être dilués dans l'eau et les poudres. Il faut toujours préparer le lait en suivant les instructions à la lettre.

Le lait doit être légèrement réchauffé. Pour ce faire, on immerge le biberon dans l'eau chaude. Le micro-ondes n'est pas recommandé. On vérifie toujours la température du lait avant de l'offrir à notre enfant en versant quelques gouttes sur notre poignet.

Page 1 | Allaitement ou biberon: le choix qui dérange
Page 2 | Les sortes de biberons
Page 3 | Des ressources pour l'allaitement
Page 4 | Alerte au bisphénol A