PUBLICITÉ

Allaiter dans les toilettes

Allaitement image article

Hier, j’ai vu apparaître un très beau texte sur mon fil d’actualités Facebook.

Je vous invite à lire De l’autre côté de la porte.

Bien sûr, je savais que certaines mamans se confinaient parfois aux portes d’une cabine de toilettes publiques pour nourrir leur bébé. Mais je pensais que c’était chose assez rare et qu’assez peu de gens étaient outrés de voir une femme allaiter au restaurant ou ailleurs.

Je pensais qu’en 2013, on avait dépassé plus de tabous que ça!

 

Mais en discutant avec certaines personnes, je me suis rendue compte que :

-        Plusieurs mamans se sentent encore obligées de se cacher pour allaiter

-        Beaucoup de gens sont d’accord avec le fait qu’une mère doive se cacher pour allaiter…

 

 « Ben oui je suis pour l’allaitement, mais ça doit rester discret! »

C’est quoi ça, « discret »?

« Ben, faut pas qu’on voie »

Qu’on ne voie pas quoi?

« Un bout de peau, ou encore pire, un bout de mamelon! »

 

Euh… dites-moi donc. Avec tous les décolletés qui se promènent partout, des bouts de peau, on en voit pas mal non? (Et je n’ai rien contre les décolletés). Des mamelons, on en voit même parfois dans des films et séries « tout public ».

Et de toute façon, la majorité des mamans utilisent des vêtements d’allaitement, des petites couvertures. Et quant à moi, tant qu’elles sont à l’aise avec ou sans ça, pourquoi ça me dérangerait?

 

« Il faut respecter les gens que ça met mal à l’aise, de voir l’allaitement en public »

OK donc, s’il faut se cacher dans les toilettes pour allaiter afin d’éviter que quelqu’un (pas vous, toujours les autres!) ne soit mal à l’aise, il faudrait se cacher pour bien d’autres choses qui dérangent un certain pourcentage de l’humanité. Certains n’aiment pas voir des handicapés, des chauves, des tatouages, les amoureux qui s’embrassent ou entendre des détails personnels dans une file d’attente. Pourtant, on n’interdira pas aux gens possédant ces caractéristiques, par choix ou par obligation, de se sortir dans le monde extérieur! (Et heureusement!)

Et question respect. Respecte-t-on la maman et le bébé quand on trouve normal qu’ils s’isolent aux chiottes pour combler un besoin vital et naturel, nourrir et se nourrir? Mangeriez-vous aux toilettes vous?

Hier, en lisant ce texte, je me suis dit que j’ai dû en heurter du monde en allaitant mes bébés un peu partout, à la demande, sans nécessairement m’isoler? Quand je profitais des aménagements d’une salle d’allaitement, c’était pour notre confort, pas par souci de déranger des gens. Mais quand il n’y avait pas de salles d’allaitement, quand elles étaient pleines ou trop loin ou que simplement, j’avais envie de continuer à jaser avec mes amis, je demeurais là où j’étais.

Comprenez-moi. Je ne dis pas ici qu’il faut allaiter absolument. J’ai déjà expliqué moi-même les raisons qui m’avaient parfois fait allaiter et parfois non. Je suis pour la liberté et on a beau dire que la liberté de l’un s’arrête là ou celle des autres commencent, j’ai bien du mal à voir en quoi un allaitement en public brime la liberté des autres??

Il me semble qu’il y a des dossiers de respect bien plus urgent à régler. Comme les gens qui gueulent un peu partout ou écoutent de la musique extrêmement fort. Comme ceux qui volent les places de stationnement pour handicapés ou urinent sur le trottoir. Comme la rage au volant, la sollicitation abusive, les dépassements dans les files ou le vandalisme.

Des choses qu’un bébé allaité ne fait pas. Lui, il ne veut que boire dans les bras de maman, dans une bulle d’affection, peu importe l’endroit.

Je sais bien qu’on ne pourra pas changer toutes les mentalités. Mais j’aimerais bien que les « non allaitant(e)s » de l’entourage d’une maman allaitante fassent front commun pour l’aider, s’il y a lieu, à ne pas s’isoler dans les toilettes. Entourez-la, invitez-la à demeurer avec vous, restez naturels pendant l’allaitement, défiez pour elle les éventuels regards réprobateurs…

Si jamais malgré tout, la maman préfère aller dans les toilettes, au moins ce sera un choix réel, pas une peur ou une obligation…

Qu’en pensez-vous?

 

Plus de billets de Mylen

Les amis de nos enfants 

Les princesses désabusées

Et si on publicisait l’empathie?