PUBLICITÉ

L’allaitement, une nécessité?

Allaitement 0-24 MOIS image article

Les bienfaits de l’allaitement sont largement reconnus par la communauté scientifique. Les spécialistes recommandent l’allaitement exclusif jusqu’à l’âge de six mois.

Quelques raisons favorisant l’allaitement

Le corps de la femme est programmé pour allaiter : certaines hormones sont modifiées au cours de la grossesse pour préparer les seins à l’allaitement et après l’accouchement pour produire et sécréter du lait.

La composition du lait maternel s’adapte en fonction de l’âge du bébé. Par exemple, après l’accouchement, le premier lait, le colostrum, est riche en protéines et en anticorps, ce qui favorise l’immunisation du bébé.

  • Le lait maternel n’entraîne pas de coûts monétaire.
  • Le lait maternel est disponible à tout moment, à la bonne température.
  • L’allaitement permet un contact peau à peau avec le bébé, favorisant l’attachement.
  • L’allaitement diminue le risque et/ou la gravité de certaines maladies chez le nourrisson, comme les infections respiratoires, le diabète de type 1, la maladie de Crohn et la diarrhée.
  • Les enfants nés prématurément qui sont allaités rattrapent plus rapidement leur poids normal.
  • La production de lait et l’allaitement demandent de l’énergie à la femme et l’aident donc à retrouver son poids prégrossesse.
  • À plus long terme, il y aurait diminution des risques de cancer du sein et des ovaires (en préménopause) et du risque d’ostéoporose (après la ménopause) chez la femme qui a allaité.

 

Malgré les avantages de l’allaitement, il est à noter que les préparations lactées pour nourrissons offrent maintenant une excellente valeur nutritive. Les femmes qui font le choix de ne pas allaiter peuvent se tourner vers ces formules alternatives. Les préparations qui contiennent du sirop de riz brun devraient toutefois être évitées étant donnée leur concentration potentielle en arsenic. Santé Canada étudie actuellement ce dossier afin d’établir une limite quant à la teneur en arsenic acceptable de divers produits alimentaires.

Impact de l’alimentation sur la composition du lait maternel

Comme le régime alimentaire de la mère durant l’allaitement influe sur la composition du lait maternel, il est important de bien s’alimenter et de mettre de la variété au menu. L’alimentation doit être composée d’aliments sains provenant des quatre groupes du Guide alimentaire canadien. Puisque le goût du lait maternel est modifié en fonction des aliments consommés, il faut être attentif aux réactions du nourrisson pendant l’allaitement pour modifier le menu de la mère si certains aliments sont mal tolérés. Les constituants des aliments consommés par la mère se retrouvent dans le lait environ quatre à six heures après leur consommation.

Supplément de vitamine D

Santé Canada recommande que tous les nourrissons nés à terme et en bonne santé qui sont allaités au sein reçoivent un supplément de vitamine D de 400 UI par jour. Le supplément devrait être donné dès la naissance, et ce, jusqu’à ce que le nourrisson atteigne l’âge d’un an.

Substances à limiter pendant l’allaitement

La caféine

Santé Canada recommande aux femmes qui allaitent de diminuer leur consommation de caféine à un maximum de 300 mg/jour, ce qui équivaut à 3 tasses (750 ml) de café. Une faible consommation de caféine ne semblerait pas présenter de danger pour le nourrisson. De grandes quantités ou une consommation fréquente de caféine pourraient cependant rendre le bébé nourri au sein irritable, hyperactif et conduire à des problèmes de sommeil.

Le tabac

L’usage régulier de tabac pourrait freiner la production de lait. Il faut éviter de fumer pendant l’allaitement ou lors de la présence du bébé.

L’alcool

L’alcool consommé souvent ou en grandes quantités peut avoir des effets nocifs sur le nourrisson. Lorsque la femme allaitante prend des consommations alcoolisées, l’alcool se retrouve en bonne concentration dans son lait maternel. On retarde donc la tétée d’une heure pour chaque consommation prise et on s’assure de ne pas dépasser deux consommations alcoolisées par jour.

 

À lire également

Nourrir naturellement: l’allaitement maternel