PUBLICITÉ

Nos amies les crudités

Nutrition image article
Ah, les crudités. Dans une boîte à lunch, elles donnent bonne conscience aux parents. Et sur la table, elles ferment temporairement la trappe aux enfants affamés en attendant le souper.
 
Vraiment, elles font partie de la famille.
 
On s’entend, les crudités, c’est jamais le choix #1 de collation des enfants. Mais à défaut d’autre chose, aussi bien croquer là-dedans. C’est comme l’ami bouche-trou du domaine alimentaire. Celui qu’on n’irait pas voir en temps normal, mais quand on ne connaît personne d’autre dans la salle.
 
Même dans le plat de crudités, il y a des classes sociales. C’est différent dans toutes les familles, évidemment. Mais chez nous, les étoiles, ce sont les concombres et les carottes (naines si possible) C’est toujours ceux-là qui partent le plus vite. Faut dire que ça se prend bien, une petite rangée de concombres.
 
Le céleri est un pilier d’assiette. Il meuble bien le plat et il met de la couleur. Je lui donne pour ça la troisième place, à la maison. Même si, disons-le, il n’est pas super excitant.
 
La couleur n’est pas un gage de popularité. Parlez-en aux poivrons. Ils ont beau se pavaner en rouge, orange, jaune ou vert, ils partent rarement dans les premiers rangs au repêchage végétal.
 
Les tomates cerises ont leur adeptes, mais à petites doses. Le haricot a l’air d’une décoration. Et le radis, ça dépend de la motivation. Mon garçon en croque un de temps en temps, comme pour essayer de se rappeler ce que ça goûte. Mais rarement plus qu’un.
 
Puis il y a les autres légumes. Les moins populaires. Le chou-fleur, c’est le pichou du plat de crudité. Il a besoin d’un faire-valoir pour augmenter ses chances d’être sélectionné. C’est là que la trempette, cette bonne amie, peut lui venir en aide. Attention au « double dip », par exemple. Avec les enfants, ça peut même finir en « triple » ou « quadruple dip ».
 
Les champignons aussi manquent d’attraits, au naturel. Mais jamais autant que le brocoli. Ah, le brocoli. Cuit à la vapeur, sa tendresse possède un certain charme. Mais cru, au secours! On croque le brocoli cru en se disant « Bravo chose, tu manges du brocoli! » pour se convaincre qu’on est en train de faire quelque chose de bien. Même avec de la trempette, ça reste un mauvais moment.
 
Bref, les crudités finissent toujours par faire partie de la famille. Chacun ses goûts, chacun ses préférées. Mais pendant qu’on se casse la tête pour camoufler des légumes dans les repas, il reste que parfois, la simplicité est plus gagnante. On place un plat bien plein de légumes sur le comptoir et on laisse la faim des enfants faire le travail. Des petites mains (sales) finissent toujours par venir tourner autour.
 
Bon, je vous laisse, j’ai des concombres à couper.