PUBLICITÉ

Publicité-choc contre la malbouffe chez la femme enceinte

Nutrition 0-24 MOIS image article
Une organisation pédiatrique brésilienne a lancé une campagne-choc  pour pousser les femmes enceintes à bien se nourrir pendant la grossesse.
 
On ne peut être contre la vertu et tout le monde ou à peu près se doute que peu importe notre condition, une bonne alimentation générale est préférable à la malbouffe.
 
Toutefois, je me demande si l’outil servira la cause?
 
Dans cette campagne, on voit des photos de bébés allaités par des seins maquillés en cheeseburger, en beigne et en verre de boisson gazeuse. Sur l’autre sein, on peut lire « Votre enfant est ce qu’il mange », qu’on peut aussi interpréter par « Votre enfant mange ce que vous mangez ».
 
Personnellement, j’ai peur à une confusion dans le message.  On désire que la femme enceinte mange bien , mais on montre un bébé qui n’est plus en elle. En regardant simplement la photo, on se dira que l’avertissement vise en fait les femmes qui allaitent, non?
 
Donc la maman qui a envie d’un hamburger après son accouchement pourrait-elle craindre d’allaiter, par peur d’être jugée ou de nuire à son enfant? C’est déjà le cas pour bon nombre de mères qui fument et qui pensent que ça leur enlève tout droit à l’allaitement.  (Alors qu’aux dernières nouvelles, même s’il est préférable de se tenir loin du tabac, on suggérera d’allaiter quand même).
 
Comme il semble bien que ce soit la malbouffe pendant la grossesse qui soit visée, il faudrait peut-être plutôt expliquer les risques qui y sont reliés pour l’enfant à naître à la place. Et ne pas résumer le bébé à ce qu’il mange, prôner la modération au lieu de condamner toute consommation de frites…
 
Je pense qu’on devrait plus promouvoir de saines habitudes alimentaires - sans virer fous- au lieu de culpabiliser (encore!) les mamans.
 
Et éviter de mélanger la grossesse et l’allaitement. C’est quand même différent. Par exemple, lors de ma dernière grossesse, j’ai été aux prises avec le diabète. Je devais donc être vigilante sur mon alimentation et m’injecter de l’insuline. Après la naissance, même si j’allaite, je n’ai reçu aucune contre-indication alimentaire.  Si je décide de manger un gâteau, l’impact sera en moi, pas dans mon bébé.
 
Toutefois, je suis d’accord que s’alimenter sainement (sans tomber dans l’orthorexie) est un beau cadeau à se faire et un bel exemple à donner à l’enfant qui grandit près de nous.
 
Mais, ça, c’est une autre histoire.

J’aimerais savoir, les mamans, ce que des photos du genre auraient suscité chez vous pendant votre grossesse ou éventuellement, l’allaitement?