PUBLICITÉ

Réflexion devant un bol de soupe aux tomates

Alimentation image article
 
L’autre jour, j’ai mangé un truc que je n’avais pas goûté depuis des lustres.
 
 
De la soupe aux tomates en conserve.
 
Et un peu de pain, pour le tremper dedans,
 
 
Je mangeais ça, quand j’étais petite. J’ai ensuite laissé ce met de côté pendant quelques dizaines d’années.
 
 
Pas de quoi écrire un texte, me direz-vous.
 
 
Probablement.
 
 
Mais, en regardant mon bol de soupe d’enfance, rehaussé par du poivre du moulin pour en faire une version « adulte », je me suis demandé pourquoi de nos jours, on avait presque un malaise à manger ce genre de plat (et encore plus, d’en offrir à nos enfants)?
 
« Avant », les parents ne se posaient pas 36 000 questions, il me semble, avant de déposer une assiette sur la table. Il faut dire qu’un simple regard vers les anciennes publicités qui proposaient de « succulentes recettes » du style lasagne Velveeta/biscuits soda nous donnent une idée des standards nutritionnels de notre enfance… C’était la période « TV Dinner », avec le plat en plastique à sections (dinde et sauce, haricot, pommes de terre, dessert).  Ça existe encore d’ailleurs, même si personne n’avouera en acheter…
 
Aujourd’hui,  personne n’est supposé acheter de la sauce à spag « en canne », des tranches Singles de Kraft, des repas préparés (autres que de chez le traiteur bio), des confitures mises en pots en usine, etc.
 
Je me souviens d’une fois où, me ramenant ma fille qui avait mangé chez une amie, la maman de l’amie s’était empressée de me dire que le macaroni au fromage était 100% fait maison avec des ingrédients de qualité et que les sucettes glacées du dessert avaient été fabriquées avec de vrais fruits frais, à la maison aussi.
 
Moi, j’étais juste contente que ma fille ait passé une bon moment avec son amie et que la mère ne semble pas l’avoir trouvé tannante… Elle aurait bien pu leur avoir servi du Kraft Diner et des popsicles
 
 
Je ne dis pas qu’il faille se mettre à bouffer n’importe quoi et renoncer à cuisiner de beaux petits plats à la maison.
 
Je me dis juste qu’en matière d’alimentation comme en toute chose, l’équilibre est souhaitable et qu’il ne faudrait pas avoir honte de ne pas avoir fait notre propre mayonnaise et de sortir la Hellman’s du frigo… qu’on peut mettre sur une « véritable » saucisse à hot-dog de temps en temps.
 
 
Si ça vous arrive, vous n’êtes pas un parent indigne. Et vous n’êtes vraiment pas seul! Sinon, bon nombre de compagnies aurait déclaré faillite!
 
En tout cas, moi je vous avoue faire quelques fois des croque-monsieur que je ne commanderais pas au resto. Pain (ordinaire, pas bio, pas maison, pas grand chose dans le fond), fromage Single, jambon, tomates…
 
J’avoue aussi que dans mon garde-manger, il y a ce que ma fille nomme « du riz en montagne ». Ce sont des portions individuelles de riz « au poulet ». Elle adore que je lui en serve en positionnant la « montagne » comme un nez dans l’assiette. Je compose le reste du visage avec des crudités et je fais des cheveux en fromage (parfois, je prends un simple Ficello…)
 
C’est rapide, rigolo. Ce n’est pas le meilleur repas du monde, mais une fois de temps en temps, pourquoi pas? Ce n’est pas non plus le pire qui soit! Et ma fille le déguste comme s’il sortait de MasterChef.
 
 
Ma fille grandira en se souvenant de mes recettes maison et j’espère qu’elle aura envie de les cuisiner. Mais si elle se souvient aussi des visages réalisés autour d’une portion de riz « tout fait », elle aura bien le droit d’en manger ou d’en donner à ses enfants.
 
C’est drôle comme les souvenirs gustatifs de l’enfance peuvent revenir subitement… J’écris tout ça et j’ai comme une envie de Quench ou de Kool-Aid… Je me demande si ça goûterait la même chose que jadis?
 
Probablement pas…