PUBLICITÉ

Dossier accro aux écrans

9 Décembre 2014

Un dossier spécial sur l'omniprésence des écrans dans nos vies de famille.

Dans ce dossier

Le portrait

Le portrait
Présenté par

Il n’y a pas si longtemps, les enfants regardaient leur émission télé favorite dans le salon. Une fois à table avec leurs parents, tout le monde racontait sa journée. Puis, la routine des devoirs, du bain et enfin, le temps d’un jeu de société ou d’un film avant le dodo.

Le rythme de vie s’est assurément accéléré. Entre la télé, l’ordinateur, la tablette et le sans-fil, les écrans se multiplient dans nos vies. 

Est-ce que la technologie est pour autant une mauvaise chose? « Pas nécessairement », croit Claire Leduc, travailleuse sociale et thérapeute conjugale et familiale depuis plus de 35 ans. « Tout est une question d’équilibre. »

L’éloignement de la vraie vie

Le principal danger d’être toujours en mode virtuel, c’est de se déshabituer de la vie réelle. « Les jeunes qui communiquent surtout par texto ou messagerie ont plus de difficulté à décoder le langage non verbal et leur vie affective s’appauvrit », mentionne Mme Leduc. C’est donc dire que les soirées-pyjamas ont encore leur place!

De la même façon, alors qu’un jeu de société encourage la discussion et l’interaction, un jeu vidéo individuel n’aide pas à développer les aptitudes sociales.

Encadrer l’exposition aux écrans

 « L’important, c’est d’établir des règles claires », explique la thérapeute. Dans le cadre des ateliers de formation Le Parent-entraîneur, Mme Leduc recommande de limiter l’exposition aux écrans des 6 à 12 ans à une heure par jour. Pas de cellulaire pendant les repas ni pendant la nuit.

« Côté contenu, il faut savoir faire confiance à ses enfants tout en assurant une protection adéquate ». On peut, par exemple, installer l’ordinateur dans un lieu commun, à la vue de tous.

Il faut tout de même demeurer vigilant. Si votre enfant paraît souvent en panne d’énergie le matin, c’est peut-être parce qu’il a les yeux rivés sur un écran en cachette toute la nuit.

Bien que le contrôle parental offre un bon point de départ, les enfants du 21e siècle sont souvent habiles à déjouer les protections. « Les parents doivent assumer leur rôle et ne pas avoir peur de faire preuve d’autorité, tout en reconnaissant la place que la technologie occupe dans nos vies. »

Mener par l’exemple

S’ils s’attendent à ce que les enfants respectent les règles, les parents doivent d’abord donner l’exemple. Si vous refusez le cellulaire à table, ça s’applique à vous aussi! C’est acceptable de faire des exceptions (ex : vous attendez un appel international pour le travail), pourvu que ça soit clairement annoncé et que ça ne devienne pas une habitude.

Plutôt que de chercher à contrôler les écrans dans nos vies, il peut être plus simple de s’assurer qu’ils ne prennent pas toute la place!

Du temps pour une marche en famille, un sport au parc ou une visite chez des amis, voilà autant de moyens de demeurer une famille bien « connectée ».

 

Ne manquez pas la suite du dossier
Mettre des limites             
Les trucs des fans
Top 10 des applications pour tablette                        
Accros à l'écran : le livre
 
à lire également