PUBLICITÉ

Dossiers

10 Décembre 2014

Que signifient ces quatres lettres et comment aider les familles qui y sont confrontées?

Dans ce dossier

Trucs pour les familles qui vivent avec un enfant qui présente un TDA-H

Trucs pour les familles qui vivent avec un enfant qui présente un TDA-H
Présenté par

Plusieurs adaptations peuvent être mises en place au quotidien avec l’enfant qui présente un TDA-H, afin d’en améliorer les symptômes.

Tout d’abord, l’enfant qui présente un TDA-H bénéficie d’un bon encadrement et de repères au quotidien.  Ainsi, une routine stable à la maison de même que l’établissement de limites claires, cohérentes et appropriées selon l'âge de l’enfant seront très importants.

Souvent, la relation entre le parent et l’enfant devient moins positive dû au fait que certains comportements que l’enfant présente sont épuisants pour les parents (ex. : oublis de l’enfant, demandes répétées du parent, bougeotte, etc.). Puisque l’enfant reçoit davantage de commentaires négatifs, ceci peut affecter son estime de lui-même.  Ainsi, le parent pourrait se garder des moments et activités agréables à partager avec l’enfant, pour préserver la relation. 

Par ailleurs, il sera important que l’enfant ait une bonne hygiène de vie au niveau de l’alimentation (équilibrée, diminuée en sucre et additifs), du sommeil (de qualité et suffisant) et de l’activité physique.

 

Voici quelques moyens concrets qui peuvent être mis en place à la maison avec l’enfant qui présente un TDA-H

 

  • Les crochets, paniers et autres adaptations semblables aideront l’enfant à se structurer au niveau de l’espace

 

  • Les routines imagées ou écrites seront utiles pour aider l’enfant à se remémorer ce qu’il doit faire et à quel moment

 

  • L’utilisation du calendrier, de l’agenda, d’une minuterie (ex : « time-timer »), montre, sablier seront utiles pour encadrer l’enfant au niveau du temps

 

  • Les techniques de relaxation et de respiration ou encore le yoga seront bénéfiques pour enseigner à l’enfant à se calmer, l’aider à freiner ses idées, etc.

 

  • Avant de formuler les demandes, s’assurer d’obtenir l’attention de l’enfant (s’assurer d’obtenir un contact visuel, s’approcher pour formuler la demande, toucher l’enfant au besoin).  Demander à l’enfant de répéter ce qu’il retient de notre consigne.

 

  • Ne pas trop regrouper les demandes faites à l’enfant. 

 

  • Canaliser le besoin de bouger en offrant un trampoline, une structure de jeux à la maison, en allant au parc, inscrire l’enfant à des activités parascolaires et sportives. 

 

  • Offrir des moments où l’enfant peut prendre des pauses « bougeotte » (ex : lors des repas, lui demander d’aller chercher le beurre)

 

  • Ajuster la période des devoirs (ex : offrir des pauses, épeler un mot en sautant sur un trampoline, travailler dans d’autres positions qu’assis, etc.) Diminuer les stimuli environnants et sources de diversion. 

 

  • Donner de l’attention positive aux comportements souhaités et enseigner des comportements alternatifs aux comportements non désirés

 

  • L’utilisation d’un système de renforcement (ex. : jetons, autocollants) visant à souligner les comportements attendus encouragera l’enfant.  De petits objectifs peuvent être proposés à l’enfant (ex : ranger ses effets scolaires au retour de l’école) et un privilège lui est accordé lorsque l’objectif est réussi. 

 

  • Offrir à l’enfant un panier avec des objets calmants, tels des objets à manipuler (ex : balle antistress, « tangle »)