PUBLICITÉ

Dossiers

17 Février 2015

Voici un dossier sur les troubles de comportements alimentaires.

Dans ce dossier

« Maman, je veux être Barbie ! » : l’idéalisation de l’image corporelle

« Maman, je veux être Barbie ! » : l’idéalisation de l’image corporelle
Présenté par

Quand nos enfants regardent les mannequins dans les magazines, la silhouette mince de leurs poupées Barbie ou les superhéros musclés à la télévision, ils apprennent indirectement que cela correspond à la « norme de beauté ». Pourtant, nous savons que ces physiques demeurent irréalistes. Sans compter que pour atteindre ce corps « parfait », il existe des risques de souffrir de troubles alimentaires et de carences nutritionnelles. Que faire pour promouvoir une saine image corporelle chez nos tout-petits ?

 
D’hier à aujourd’hui
 
Rappelez-vous l’image de la femme projetée à la société, par le passé. Il s’agissait plutôt de femmes rondes, aux courbes sensuelles. À l’inverse, une femme trop mince était synonyme de pauvreté, ou de mauvais état de santé. Il n’en est plus ainsi de nos jours !
 
Depuis les dix dernières années, les préjugés à l’égard des personnes rondes ont augmenté de 66 %. Une étude aurait même démontré que les enfants préfèrent jouer avec des jeunes handicapés plutôt qu’avec des enfants obèses. Ce phénomène demeure inquiétant, voire injustifié. Un individu de taille forte ne mange pas nécessairement de la malbouffe. Un enfant bien joufflu n’est pas non plus paresseux et moins doué que les autres !
 
Depuis récemment, on parle surtout de poids « d’équilibre », c’est-à-dire, le poids avec lequel le corps se sent bien et en santé. Ainsi, malgré une saine alimentation et la pratique d’activité physique, des individus possèdent un léger surplus de poids, lorsqu’on se fie à leur indice de masse corporelle (IMC). Ceci dit, ils peuvent être en santé, sans nécessairement être minces. Alors nul besoin de mettre de la pression sur nos jeunes pour leur faire perdre du poids rapidement !
 
Des répercussions négatives
L’insatisfaction corporelle chez les jeunes est liée aux problématiques suivantes :
  • Anxiété
  • Dépression
  • Faible estime de soi
  • Comportements alimentaires malsains (ex : diètes)
  • Lorsque les jeunes suivent un régime, leur risque de surpoids devient plus élevé en vieillissant.
 
Transformer les objectifs
En tant que parent, vous agissez en tant que modèle auprès de votre enfant. S’il vous entend dénigrer votre silhouette ou si vous faites plusieurs régimes, il apprendra que c’est ainsi qu’il faut vivre sa vie : en s’imposant des restrictions alimentaires et en tentant continuellement d’améliorer son corps.
 
  • Pour que votre enfant développe une saine image de lui-même, encouragez-le à adopter des habitudes favorables à sa santé. Ainsi, au lieu de l’inciter à perdre du poids s’il désire maigrir, proposez à votre enfant d’entreprendre des démarches qui visent à améliorer sa santé globale, sans mettre l’emphase sur son poids. Par exemple :
  • Bouger à l’extérieur pour le plaisir;
  • Pratiquer son sport préféré en équipe (basketball, football…);
  • S’inscrire à un cours de danse si l’enfant en a envie;
  • Discuter avec son enfant de la possibilité de marcher avec un chien, pour l’inciter à bouger;
  • L’inviter à participer à la planification des repas;
  • Proposer de mettre la table et une ambiance festive selon la thématique (ex. : repas asiatique, italien) pour remettre le plaisir au menu;
  • « Brainstormer » en famille sur des idées de desserts nutritifs afin que votre enfant apprenne à ne pas se sentir coupable de manger des aliments plus « sucrés » ou moins nutritifs.

 

Le saviez-vous ?

Peser un enfant, à la maison ou à l’école, peut être à l’origine d’insatisfactions corporelles et de troubles alimentaires futurs. Jetez votre balance aux poubelles !