PUBLICITÉ

4 outils pour l’aider à exprimer ses émotions

Comportements image article

 

Mon petit dernier est un être sensible… et intense. Autant il peut avoir le bonheur facile, autant il peut « péter sa coche », en bon français. Il pleure, il rage, il serre les dents… sa fratrie appelle ça sa face « Chuckie ».

 

J’ai rapidement remarqué que ces fameuses crises démarrent lorsque Liam veut exprimer un besoin et qu’on ne le comprend pas (ou qu’il pense qu’on ne le comprend pas). Très tôt dans sa vie, j’ai donc verbalisé sa frustration et tenté de l’aider à nommer son besoin et son émotion.

 

Parfois, ça fonctionne assez bien. Parfois, c’est plus difficile.  À 2 ans et demi, je peux dire qu’il maitrise entre autres, le « Je suis pas content! ».

 

Afin de l’aider à s’exprimer de mieux en mieux et de nous aider à désamorcer quelques crisettes, je me suis mise à la recherche « d’outils ».  Je me suis aperçue qu’il en existait plusieurs, pour tous les âges, mais je me suis concentrée sur 4 d’entre eux, que voici.

 

Mini Loup vit un tourbillon d’émotions

 

 

Difficile de faire plus complet que ce livre de la psychoéducatrice et auteure Solène Bourque .  Une histoire intéressante pour les petits, des comptines pour plusieurs situations, de belles images et un format adéquat, des questions que le parent ou l’éducateur peut poser à l’enfant et évidemment, des explications claires pour bon nombre d’émotions. Je pense aussi que ce livre peut aider bien des adultes à développer le réflexe de discuter « émotions » avec les enfants. Un livre que j’offrirai sûrement à la garderie de fiston.

 

L’émojeu

 

Voici un outil économique pour jaser des émotions et des besoins. Réalisé par la Fondation Desjardins et la Fondation Jasmin Roy, ce petit jeu est disponible ici au coût de 5$ ou en téléchargement gratuit si vous préférez l’imprimer vous-même.

Le concept est simple: choisir une carte représentant l’émotion ressentie et la déposer du côté « Je me sens ». Faire de même avec une carte besoin et la déposer du côté « J’aimerais ».  De plus, chaque carte explique les réactions physiques associées à chaque émotion et les façons de répondre à un besoin. À laisser trainer dans les aires communes de la maison. Rapidement, les enfants pourront développer le réflexe de sortir des cartes pour s’aider à s’exprimer.

 

L’affiche des émotions

 

C’est souvent avec des choses simples qu’on règle des complications! Un matin, Liam ne voulait pas partir pour la garderie. Il voulait regarder des trains dans l’ordinateur de maman!. Il pleurait de rage, se crispait, refusait de suivre son papa. Je lui ai alors montré l’affiche que je venais de recevoir en lui demandant comment il se sentait. Il a choisi sans hésitation « en colère ». Je lui ai pointé le « triste » pour savoir s’il y avait de ça aussi, mais fiston a refusé cette option: il est revenu à la colère. Je lui ai alors dit un truc du style « Tu es déçu, fâché, de ne pas pouvoir regarder les trains tout de suite, je comprends. Mais on ne peut en ce moment. Après la garderie, on le fera. Et fiston de pointer le visage « enthousiaste ». À son retour de la garderie, il est allé chercher l’affiche pour me remontrer ce visage et du coup me rappeler ma promesse ;)

 

Les petites (et les grandes) émotions de la vie

 

Ici, on nomme des émotions de façon poétique, doucement, sans jugements et sans conseils. On tourne les pages lentement, on regarde les belles illustrations.  À lire ensemble, dans un cocon douillet.  Et qui sait quelles discussions cela ouvrira? Je trouve également que ce livre peut contribuer à enrichir le vocabulaire (général et émotionnel) des petits et des plus grands. On y parle bien sûr d’amour et de peur, mais aussi de sentiment d’infériorité, d’exclusion, de pudeur et de complicité. En 68 pages, on en couvre plusieurs!

 

Il existe une multitude d’autres outils pour aider les petits et grands dans le grand univers des émotions. Je pense que l’important, c’est de trouver ceux qui nous conviennent et, sans nous mettre à parler comme un livre de psycho-pop à longueur de journée, ne jamais les négliger, ces fameuses émotions. Les nôtres et les leurs. Parfois, prendre deux minutes pour écouter et pour nommer, nous fera gagner beaucoup plus de temps pour être heureux :)