PUBLICITÉ

Comment ne pas faire ses devoirs

Comportements image article
Depuis la nuit des temps, les humains ont cherché à remettre les tâches désagréables à plus tard. Et les petits humains ne sont pas différents, quand vient le temps de faire leurs devoirs.
 
Le problème pour les enfants, c’est qu’ils ne savent pas que leurs parents connaissent déjà tous les trucs dans le guide :
 
Truc#1 : L’oubli
Efficacité : 1/5
 
Le truc est vieux comme le monde. À la maison, on déclare solennellement : « Hon, j’ai oublié mon cahier à l’école!... ». Et à l’école, on lance l’inverse : « Diable, j’ai oublié mon devoir à la maison! ». Le déficit d’attention peut avoir le dos large. Mais la technique est surtout bonne pour sauver un peu de temps, sans plus.
 
Truc #2 : L’incompréhension rusée
Efficacité : 3/5
 
L’idée est simple : on fait semblant de ne rien comprendre à notre devoir afin de recevoir l’aide de ses parents. Si on persiste un peu, ils finissent par le faire eux-mêmes au complet.
Inconvénients : Il y a de bonnes chances que les parents ne comprennent rien pour vrai. Sinon, ils vont sortir des formules désuètes, faire des commentaires sur le nouveau programme (c’est quoi ça, le futur proche?) et répéter à quel point c’était plus clair dans leur temps.
 
Truc #3 : La sous-traitance
Efficacité : 2/5
 
Vous avez un ami brillant et à son affaire? C’est peut-être le moment de négocier un petit coup de main (lire : copier sur lui). Ça viendra surement avec un prix, un échange de service ou des desserts pour une semaine, mais parfois, ça vaut la peine.
 
En grand désespoir, vous pouvez essayer avec un grand frère ou une grande sœur, mais le prix est toujours plus élevé. En prime, ils pourront vous vendre aux parents à la prochaine altercation.
 
Truc #4 : Bon débarras
Efficacité : 1/5
 
Tous les enfants l’essaient un jour : Faire ses devoirs en quatrième vitesse, remplir les pages tout croche le plus vite possible afin de se débarrasser de cette corvée. Ça permet de répondre positivement à la question « As-tu fait tes devoirs? », mais ça ne fait que repousser le problème.
Si vos parents sont trop pressés pour vérifier, les profs, eux, ont tout leur temps de vous mettre un gros zéro en vous demandant de recommencer.
 
Truc #5 : La raison bidon
Efficacité : 2/5
 
« Vous ne me croirez pas, madame, mais mon chien à mangé mon devoir! » Inventer une raison pour ne pas remettre un devoir, ça peut fonctionner une fois. Mais les profs ont déjà été jeunes. Au décès de votre 6e grand-mère, il est possible qu’ils aient moins de sympathie.
 
Truc #6 : La maladresse
Efficacité : 0/5
 
Échapper un verre de liquide sur un devoir afin de le rendre illisible, c’est créatif. Mais encore faut-il que ça couvre l’entièreté de la page, pour être vraiment efficace. Et à moins d’utiliser de la mélasse, il est rare que ce truc soit du moindre intérêt.
 
Truc #7 : La pitié
Efficacité : 4/5 la première fois (1/5 les suivantes)
 
Les enseignants ont un cœur. Ils comprennent que certains élèves vivent parfois des moments difficiles. Mais ils ont aussi la tâche de leur apprendre à s’en sortir, à se relever, à surmonter les défis. Ce qui fait que la période de grâce ne sera pas tellement longue.
 
Truc #8 : La franchise
Efficacité : 5/5
 
Parfois, c'est pas mal plus simple de dire la vérité et d'en assumer les conséquences. Parce que souvent, les efforts déployés pour se sauver des devoirs sont plus exigeants que la tâche elle-même.
 
Le plus extraordinaire, c'est que cette leçon ne sert pas seulement à l'école; c'est aussi bon plus tard dans notre vie adulte, quand on essaie de se sauver du ménage, des corvées ou de la pile de dossiers qui attend sur notre bureau.
 
Bons devoirs!