PUBLICITÉ

Crise suite à une sortie familiale

Comportements image article

Question:

 
Bonjour, je voudrais savoir si vous pouvez nous aider. Depuis longtemps (mon Félix a maintenant 5 ans et un petit frère de 2 ans) lorsqu'on veut faire plaisir à Félix en faisant une sortie soit cinéma, musée, théâtre, etc., lors de la sortie tout se passe #1 mais dès l'arrivée à la maison il se met à faire les 100 coups. Des crises de colères, des mauvais coups, faire mal intentionnellement à son frère, on peut s'attendre à n'importe quoi.
 
Et quand il y a plus d'une activité lors du week-end la semaine devient pénible! On ne sait plus trop quoi faire, on ne veut pas s'empêcher de faire des sorties pour lui faire plaisir mais d'un autre sens on ne veut plus que ce comportement-là se reproduise! J'ose espérer que ce n'est pas dû au fait qu'il saute la sieste, il commencera la maternelle en août et je crains qu'il ne doive s'y habituer ! Bien entendu lors des mauvais comportements on le met en conséquence, on lui explique et on se pardonne mais ça commence à devenir insupportable! Quelqu'un a une piste de solution pour nous? Merci !
 

Réponse:

 
Réponse rédigée par Estelle Généreux, coach familial et membre du Réseau Nanny secours :
 
Bonjour,
 
Je comprends votre sentiment d'impuissance face à un comportement irritant.
Réconfortez-vous, vous n'êtes pas seule à vivre ces moments difficiles.
Comprendre ce qui se passe dans la tête d'un enfant pendant une crise vous aidera à interpréter ses agissements différemment et ceci changera votre regard.
 
Il faut analyser la situation plus en profondeur pour définir la cause et le contexte afin de bien intervenir. Dans la lecture des informations que vous apportez, il est intéressant de se poser la question suivante:
 
-Avez-vous remarqué s'il y a des sorties ou des activités en famille que votre enfant préfère et qu'au retour à la maison son comportement est différent?
 
Peut-être que son besoin de bouger, de dépenser son énergie et de s'amuser librement est plus adapté à son tempérament que d'aller au musée ou au théâtre qui demande de sa part plus de contrôle et de consignes à respecter.
 
C'est très bien de vouloir amener les enfants dans des sorties culturelles, mais selon l’âge ou le tempérament de l'enfant, l'activité peut ne pas lui convenir.
 
Par exemple si votre enfant est du type kinesthésique, il aura plus d'intérêt dans les sorties où il peut toucher les choses et vivre des activités qui demandent une plus grande dépense d'énergie.
Aussi, il est vrai que si l'enfant ne fait pas sa sieste alors qu'il en a besoin, il se montrera agité, agressif et plus irritable.
 
Si votre enfant fait des crises de colère et les 100 coups à votre retour d'une belle sortie de famille, surtout ne croyez pas que ses réactions agressives sont contre vous ou contre son petit frère. Cette fausse interprétation met aussi le parent sous stress ce qui l'amène à appliquer des conséquences alors que la situation est tout autre. La preuve est que la situation se répétera.
 
D'après les dernières recherches en neuroscience, c'est le cerveau encore immature de l'enfant, qui en est la cause.
Les tensions accumulées durant l'activité, et ce, même si elles ont été positives et agréables peuvent être stressantes pour l'enfant. C'est une manifestation de décharge de son système nerveux saturé qui déclenche une réaction de crises et de mauvais comportements qu'il ne contrôle pas.
 
Comme son cerveau est en plein développement et que son cortex préfrontal, lieu de la réflexion et du raisonnement est encore immature, il ne peut tout simplement pas comprendre ce qui se passe en lui, ni les exigences qu'on lui demande. Tout se passe dans son corps et non dans sa tête. Il ressent de l'agitation, des malaises et de l'anxiété qui s'exprime par des débordements.
 
Ce qui est considéré comme un caprice est en fait le langage des émotions qu'il ne maîtrise pas encore. Lorsque l'enfant vit sa crise, c'est comme s'il vivait une tempête de stress dans sa tête.
 
Ce qu'il faut savoir, c'est que l'enfant ne peut se sortir seul de cette crise. Il a besoin de vous pour calmer ses circuits cérébraux de stress et diminuer son cortisol. Souvent l'enfant libérera ses tensions et montrera ses émotions devant sa figure d'attachement, c'est-à-dire auprès de la personne en qui il a confiance en occurrence le plus souvent la mère.
 
La psychologue Isabelle Filliozat nous apprend que pour rebrancher les 2 côtés du cerveau de l'enfant en situation de crise, il suffit d'accueillir l'expression de ses émotions, de lui faire un câlin sincère et de le sécuriser avec une voix réconfortante. Le contact physique déclenchera en quelques secondes une sécrétion d'ocytocine qui est l'hormone du bien-être et de la relation avec l'autre. L'inviter à respirer profondément aidera à calmer son anxiété.
 
Ne vous privez pas de faire des sorties amusantes en famille. Ces expériences sont de précieux moments à mettre dans sa boîte à souvenirs. Essayez de prévoir des sorties, qui alternent des activités où votre enfant pourra bouger à son aise avec des sorties plus tranquilles. Vous pourrez constater par vous-même les résultats.