PUBLICITÉ

Le jour où ils ne se déguisent plus

Comportements image article
À 12 ans, on dirait que mon garçon va passer tout droit devant les maisons cette année et rester bien au chaud pour l’Halloween. Il fallait bien que ça arrive éventuellement.
 
Faut croire que l’attrait des bonbons n’est plus assez fort. Ou alors il pense pouvoir négocier assez efficacement avec sa sœur pour qu’elle en partage quelques-uns. (Bonne chance!)
 
Pas de déguisement à l’école non plus. Faut dire que la première année du secondaire, c’est toujours une période d’observation. Les autres le font-ils? Les déguisements sont-ils vraiment recherchés? La jolie fille dans le cours de maths aime-t-elle les déguisements?
 
C’est un peu dommage quand ça arrive, comme si c’était la fin d’une étape. Mais je le comprends. On ne va tout de même pas le forcer à s’habiller en clown pour maintenir la tradition. Quoique cette année, il paraît que les clowns ont la cote chez les ados…
 
Par contre, pas question de passer sa soirée du 31 à végéter sur le divan. Il ne va pas troquer la tablette de chocolat pour une tablette techno! Une fête, faut que ça reste une fête.
 
Ses amis et lui se préparent justement une mini soirée spéciale. Une soirée entre chums pas déguisés qui vont juste répondre à la porte (avec peut-être un petit pincement nostalgique qu’ils n’avoueront pas aux autres). J’imagine que c’est leur façon de décrocher avec l’Halloween sans le faire trop abruptement.
 
Presque tous les enfants aiment se déguiser, quand ils sont petits. Ou alors c’est l’enthousiasme débordant de leurs parents devant leur costume qui leur fait aimer ça. Puis un jour, l’attrait s’en va. Peut-être parce qu’arrive la pression de l’originalité. La peur se trouver un costume plus ridicule que rigolo.
 
Il y a habituellement 4 étapes d’Halloween dans la vie des gens :
  1. Nos parents nous déguisent
  2. On se déguise soi-même
  3. On ne se déguise plus
  4. On recommence à se déguiser
Certains sautent l’étape 3, d’autres ne vivent jamais l’étape 4. Mais comme pour le temps des fêtes, habituellement la magie de la citrouille revient en force le jour où on a des enfants. Alors là, l’Halloween retrouve un sens. En prime, on peu piger dans le sac de bonbons des enfants.
 
Justement, si le grand passe son tour pour la collecte cette année, il nous reste au moins la petite pour apporter du sucre au moulin. Pourvu qu’elle ne remarque pas que les petites barres de chocolat disparaissent mystérieusement…