PUBLICITÉ

Mon fils n'arrête pas de gigoter quand il fait ses devoirs

Comportements image article
Question:
 
Bonjour,
 
J’aimerais vous parler d’un problème à l’heure des devoirs. Mon fils est en 3ème année et chaque soir, c’est la même histoire…
Dès qu’il s’installe à table pour travailler, il se met à «faire la toupie».
 
Vous devriez voir comment il s’assoit!
Il tourne, s’affale sur sa chaise, étend les bras de tout son long sur la table, et quoi encore!
Rien que pour ce comportement, les conflits durent et se répètent. Je me demande s’il ne serait pas hyperactif.
 
Bref, je ne sais plus quoi faire, et ça m’énerve!
 
Merci pour vos conseils,
 
Laurence
 
Réponse: 
 
Bonjour Laurence,
 
Plusieurs de nos lecteurs se reconnaissent sûrement dans la situation que vous venez de décrire! Maintes raisons peuvent expliquer ce comportement, et je tenterai de vous proposer des solutions qui vous conviendront.
 
D’abord, si votre enfant s’installe tout de suite au retour de l’école, sans avoir eu le temps de décompresser un peu, il est possible que la fatigue de la journée entre en ligne de compte.
 
Le mieux est vraiment de lui donner une période d’activité physique (idéalement à l’extérieur) avant d’entreprendre ses travaux scolaires.
 
Aussi, la plupart du temps, le fait que l’enfant n’ait pas les pieds posés au sol entraine votre enfant à gigoter. La solution est de mettre une boîte ou un petit marchepied sous la table pour qu’il puisse s’y appuyer. Déjà, vous observerez un beau changement!
 

 
Parfois, le fait de lui permettre de faire ses devoirs en position debout pourra aussi aider. Cela peut surprendre, mais il est de plus en plus reconnu que le travail debout favorise la concentration.
 
Autre suggestion, un ballon à pattes pourra aussi lui permettre de bouger, si c’est là son besoin. Un coussin comme le Movin’sit pourrait aider aussi.
 
 
 
 
Certains optent pour un élastique attaché autour des pattes d’une chaise. L’enfant, en plaçant ses jambes derrière cet élastique, peuvent exercer un mouvement.
 
 
Mastiquer de la gomme sans sucre, utiliser une balle de stress ou un Tangle sont d’autres de façons de lui permettre de bouger. 
 
 
 
Voyez-vous, ce serait peine perdue d’essayer de l’en empêcher. Et ce ne serait pas souhaitable.  Il devrait alors consacrer beaucoup d’énergie à s’empêcher de gigoter, plutôt que de se concentrer sur ses apprentissages.
 
Finalement, j’ajouterai que de courtes périodes de travail (disons, de 15 minutes, pour un enfant de 3ème année) en alternance avec des pauses de 5 minutes pourraient optimiser le temps consacré à ses travaux scolaires.
 
Je vous souhaite de trouver, pour vous et votre enfant, les solutions qui vous conviennent le mieux.