PUBLICITÉ

Nos enfants ne doivent pas vivre dans un «show réalité»

Comportements image article
Je vous parlais récemment d’une jeune femme qui poursuit ses parents qui ont diffusé des photos d’elle pendant des années sur Facebook.
 
Ce matin, sur mon fil d’actualités de ce même réseau social, j’ai vu une vidéo apparaître.

« Une vidéo crève-coeur dans laquelle un père annonce à son fils de 8 ans la mort de sa mère par surdose ».
 
Sur le coup, je me suis dit que c’était une pub de sensibilisation, un hoax, n’importe quoi de « pas vrai ».
 
Mais non.  Il semblerait que ce soit réel.  Un papa a demandé à je ne sais pas qui, de filmer pendant qu’il annonçait le décès de sa mère à son fils, installé à une table de pique-nique.
 
Pour ensuite la diffuser sur Facebook, sous des paramètres publics.
 
Je vous jure, je tente de ne pas juger. Le père affirme faire cela pour sensibiliser les gens à la toxicomanie. Lui-même étant abstinent depuis environ trois mois…
 
Mais j’ai du mal.  Du mal avec le fait qu’il ne semble pas songer aux éventuelles conséquences sur son garçon.  Juste le fait d’avoir eu la caméra à proximité pour cette annonce, il me semble que c’est assez pour « capoter »!  Quand en plus, la vidéo est diffusée largement…
 
Et du mal avec le fait que l’entourage de ce monsieur ne semble pas l’avoir sensibilisé aux émotions du petit garçon… On voit une dame sur la vidéo, il y a une autre personne qui filme. Personne ne s’est dit que, peut-être…?
 
Il me semble que lorsqu’un tel drame survient, la priorité est le bien de l’enfant. Limiter les dégâts le plus possible, le laisser exprimer ses émotions auprès d’adultes de confiance, d’amis, de pros, dans l’intimité…
 
Pas l’utiliser comme « outil de présumée sensibilisation ». Pas se la jouer façon « Kardashian »…
 
Si vous voulez plus tard, après le deuil, vous lancer dans une campagne, ouvrir une fondation, écrire un livre, faire un documentaire ou un film,  présenter des conférences, faites-le! En votre nom, avec vos émotions, votre vécu d’adulte.

L’enfant lui, choisira s’il veut faire des sorties publiques sur le sujet, quand il sera en âge.
 
Je vous parle de la vidéo et j’hésite à vous la montrer. C’est toujours ce questionnement: « Dire la source, par soucis de transparence, ou la taire, pour éviter de donner des « clics » à ce qu’on dénonce?

Je vous laisse le lien. À vous de voir si vous désirez… voir. Sinon, en voyant passer la vidéo dans les médias, vous saurez au moins de quoi il s’agit et vous pourrez choisir de vous abstenir. Vous saurez que ce n’est pas une publicité, pas une fiction…

Et moi je vous laisse ici, en émettant le souhait que ce réflexe qui semble se généraliser, de tout capter sur caméra et de tout diffuser, tout le temps, se « démode ». Utopie quand tu nous tiens… (La publication sur la page du père a quand même reçu 298 000 réactions « positives » et 0 face colérique…)