PUBLICITÉ

Vive la différence

Comportements image article
Ces temps-ci, telle une heureuse abeille, je butine les Salons du Livre partout à travers la province et je me régale du miel de tous les câlins et bons mots que j’y reçois.
 
Un beau samedi matin, alors que je signais mes livres d’une main, je tendais l’oreille à une situation bien particulière qui se déroulait juste à côté de mon kiosque.
 
Un enfant pleurait. Jusque là, rien de bien spécial. Moi aussi, quand la foule envahit les allées, que l’air sec attaque mes mains et mes lèvres et que j’ai très soif, j’ai envie de pleurnicher un peu.
 
Le petit garçon, d’environ 2 ans, hurlait parce qu’il voulait un « livre rose de fille ». Encore là, rien de bien alarmant. Mais bon, pour les parents du bambin, cela semblait être très grave. J’ai regardé tendrement la maman et je lui ai souri. Sa réponse fût un regard très intense du genre « tu es en train de nous juger, n’est-ce pas madame ? ».
 
Que je ne la jugeais pas ! J’aurais voulu qu’elle comprenne plutôt que mon regard était plein de compassion et d’amour. Mais bon, quand ton enfant fait le bacon depuis 22 minutes, là, en sueur dans le milieu de l’allée, et pour un livre rose de fille de surcroît, j’imagine bien que le regard plein de compassion d’une écrivaine-clown soit la dernière chose à laquelle tu veux t’attarder…
 
Les parents et leur bambin-tout-rougi-de-pleurs sont partis. Me laissant avec un drôle de goût sur le coeur.
 
J’aurais aimé lui dire, à cette jeune maman, que ce n’est pas tellement grave que son fils aime les livres roses de filles. Que le regard des autres n’a de poids que lorsqu’on veut bien lui en donner. Qu’aimer les livres roses de filles ne fera sûrement pas de son fils un monstre. J’aurais voulu lui dire tout ça. Mais bon, qui suis-je, moi ?
 
Ah oui, la maman d’un enfant non-verbal terriblement sonore qui mange du papier et ses vêtements et d’un fils de 14 ans qui aime beaucoup les pouliches (il est un fier Broney, amateur de l’émission My little poney ).
 
Je ne le dirai jamais assez : VIVE LA DIFFÉRENCE !!!!!!