PUBLICITÉ

Jouer au docteur (suite)

Développement de l'enfant image article

Six à neuf ans: le clan unisexe!

C’est la fameuse phase des «gars avec les gars et les filles avec les filles». Cette étape du développement semble un peu primaire aux yeux des adultes, mais elle permet à l’enfant de consolider son identité.

«En apparence, il perd tout intérêt pour les choses sexuelles. Il devient solidaire des membres de son propre clan qui, d’ailleurs, est «contre» le clan opposé, explique Jocelyne Robert. Cependant ce désintérêt n’est qu’une façade, car en sourdine, la sexualité au sens large du terme est toujours présente. Elle s’exprime de façon différente.» Ainsi, on peut très bien être amoureux d’un copain ou d’une camarade, mais on va le camoufler pour éviter de s’attirer les sarcasmes et les moqueries des membres de sa caste!

C’est également la période où les enfants ont besoin de préciser leur compréhension de la différence sexuelle. Ils veulent saisir clairement le processus de la conception, de la gestation et de la naissance. La physiologie des organes sexuels internes et externes devra être élucidée progressivement avec eux.

En route vers la puberté

Plus le temps passe et plus la force d’attraction du clan unisexe s’effrite. Premiers baisers et premiers émois ouvrent des brèches de plus en plus grandes dans le mur qui sépare les deux sexes.

De 9 à 12 ans, l’enfant doit aussi commencer à apprivoiser l’idée de sa puberté prochaine, et l’anticipation de ces bouleversements peut causer bien des angoisses. La perspective des premières menstruations et de la naissance des seins pour les filles; des premières éjaculations et de la pilosité pour les garçons, ne les plongent pas toujours dans la gaieté…

«C’est une phase charnière, souligne Jocelyne Robert. L’enfant devient pudique et semble dégoûté par les choses sexuelles. C’est aussi la période où il a besoin, plus que jamais, de références masculines et féminines auxquelles s’identifier. Les jeunes de cet âge ont des idoles – acteurs, chanteurs, etc. – qu’ils vénèrent et à qui ils veulent par-dessus tout ressembler. C’est une façon de se reconnaître et de se faire reconnaître, en tant que garçon ou fille.»

Cette phase d’adhésion à des stéréotypes sexués joue un peu le même rôle que lorsque l’enfant est entré dans son clan unisexe. Il a besoin de développer son sentiment d’appartenance pour mieux s’affirmer et en quelque sorte s’affranchir…

< page précédente

page suivante >