PUBLICITÉ

Le développement de la communication

Développement de l'enfant 2-3 ANS image article

Pas facile de s’y retrouver quand il est question de communication... Même en tant qu’adulte, ce n’est pas toujours évident de dire ce que l’on pense, de se faire écouter et surtout de se faire comprendre... Imaginez donc l’épreuve que ça représente pour nos tout-petits! 

L’enfant qui apprend à s’exprimer fait face à un double défi: il doit faire l’acquisition du langage et apprendre à communiquer! il faut savoir qu’une foule de facteurs physiques et environnementaux entrent en jeu dans l’apprentissage du langage: le tempérament de l’enfant, l’attitude de ses parents (qui font leur possible!) ainsi que celle de son entourage immédiat... ce qui nous donne un casse-tête d’au moins 1000 morceaux! Tentons tout de même d’en assembler quelques pièces pour nous permettre d’en délimiter le contour.

Les différents stades

Saviez-vous que l’acquisition du langage commence dès la naissance? On peut donc communiquer avec son bébé dès les premières semaines de sa vie et il nous répondra... en gazouillant! Une récente étude américaine a d’ailleurs révélé que, entre le sixième et le neuvième mois, le poupon reconnaît quelques mots liés à sa routine. «Pour apprendre le langage aux enfants, il faut simplement les traiter comme de vrais partenaires et avoir des conversations avec eux, même s’ils ne nous répondent pas encore», conseille daniel Swingley, professeur à l’Université de Pennsylvanie et coauteur de ladite étude.

Quand tout va bien, l’enfant prononce son premier mot peu de temps après avoir soufflé sa première bougie (au plus grand bonheur de ses parents, qui commencent enfin à percevoir ses besoins!). Cependant, c’est entre la première et la troisième année de vie que le développement de la communication est le plus observable. ainsi, vers l’âge de 18 mois, le bambin peut dire environ 50 mots et il en comprend beaucoup plus.

À deux ans, c’est un véritable déluge de nouveaux mots qui sortent de la bouche de l’enfant. chaque jour, il en apprend de nouveaux! (c’est à ce moment qu’il faut faire attention à ce que l’on dit... au risque de montrer à notre petit perroquet des grossièretés!) vers l’âge de cinq ans, l’enfant maîtrise généralement la base de la grammaire et il peut raconter des histoires simples, relater des événements qu’il a vécus... et ses parents peuvent enfin savoir ce qu’il a fait à la garderie durant la journée (yé!). 

Un simple retard...

Selon l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ), le retard de langage se manifeste par un ralentissement de l’apprentissage du vocabulaire, de la structure de la phrase et de la prononciation des mots nouveaux ou complexes. Le retard peut être rattaché à diverses causes: otites prolongées qui ont engendré des baisses temporaires de l’audition, manque d’occasions appropriées de pratiquer la communication (maladies graves, isolement, etc.), exposition mal gérée à plusieurs langues, prédispositions héréditaires, etc. notons cependant que la compréhension verbale et le goût de communiquer sont généralement adéquats chez les enfants qui souffrent d’un retard de langage.

Mélanie, maman de Matthew et de Rafaël, s’est demandé si son aîné ne présentait pas un retard de langage. «j’ai commencé à m’inquiéter quand Matthew a eu deux ans et demi parce que je trouvais qu’il ne parlait pas beaucoup et surtout pas clairement, se remémore-t-elle. Quand il est passé d’une garderie en milieu familial à un CPE, ses nouvelles éducatrices ont tout de suite noté chez lui des problèmes de langage.»

Mélanie a donc consulté une orthophoniste dans le privé, puis au CLSC et celles-ci ont posé le même diagnostic: son fils était incapable de se concentrer assez longtemps pour pouvoir acquérir certaines notions de langage et ce, probablement par manque d’intérêt. «Matthew a maintenant quatre ans et demi et il a rattrapé son retard sans que j’intervienne activement», raconte mélanie, soulagée.

... ou un trouble du langage?

Les résultats d’une étude parus sur le site Web medscape montrent que presque 1 enfant sur 4 accuse un retard de langage vers l’âge de 18 mois, parlant peu ou pas du tout. La plupart d’entre eux sont dans la «norme» vers l’âge de trois ans, qu’ils aient consulté ou non un spécialiste; toutefois de cinq à huit pour cent d’entre eux ont toujours un retard de langage quand ils commencent à fréquenter l’école, une «lenteur» qui persistera jusqu’à l’âge adulte.

Si le problème subsiste au-delà de l’âge de cinq ans, il pourrait effectivement s’agir d’un trouble du langage. Celui-ci se caractérise par des déficits linguistiques persistants et sévères (enfant sourd, déficient intellectuel, dysphasique, autiste, etc.), c’est-à-dire un trouble de la capacité à comprendre ou à utiliser des mots dans leur contexte, de façon verbale et non verbale. 

Avant tout, il faut consulter

Mais avant de sauter aux conclusions, l’OOAQ recommande aux parents inquiets de consulter un ou une orthophoniste, qui sera en mesure de détecter un problème, d’en déterminer la nature, de faire des recommandations pertinentes et d’intervenir s’il y a lieu.

«il peut être possible de rattraper un retard qui paraît sévère et, au contraire, de voir persister un retard qui semblait léger. Les gens croient souvent que l’enfant rattrapera son retard avec le temps, mais ce n’est pas toujours le cas. il vaut mieux consulter un orthophoniste si l’on a des doutes, car il est préférable de dissiper une crainte plutôt que de ne pas diagnostiquer un retard ou un trouble du langage», conclut mélanie cousineau, orthophoniste. 

 

Pour plus d'informations:

Guide du langage de l’enfant de 0 à 6 ans, Sylvie Desmarais, Éditions Quebecor, 2010.

Ce livre retrace le parcours d’un enfant qui apprend à parler et offre des outils simples aux parents.

 

Parler,un jeu à deux, Jan Pepper et Elaine Weitzman, Éditions Hanen Center, 2004.

Un guide pratique pour les parents dont l’enfant présente un retard dans l’acquisition du langage.

 

Je grandis, je communique: dépliant disponible sur le site Web de l’OOAQ (www.ooaq.qc.ca) qui fournit des indications simples sur les habiletés de communication habituellement acquises par les bambins de 6, 18, 24 et 30 mois.