PUBLICITÉ

Miroir, miroir... qui suis-je ?

Développement de l'enfant image article
De la naissance à l’âge adulte, l’être humain traverse différentes phases qui lui permettent de créer son identité, son individualité. La première étape d’entre toutes est le stade du miroir.  
 
Qu'est-ce que c'est?
En psychologie, on affirme qu’un enfant a atteint le stade du miroir quand il comprend que le miroir lui renvoie simplement l’image de ce qu’il est. «La quête identitaire part de là», révèle Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice. L’étape semble banale, mais elle a toute son importance, selon Mme Deslauriers. «Ça permet au petit de se reconnaître physiquement, mais aussi intellectuellement.»
 
Autrement dit, l’enfant comprend qu’il a des limites physiques, alors qu’aux niveaux psychologique, social et affectif, il réalise qu’il est un être unique. «Se connaître est à la base de la construction identitaire et de l’estime de soi», résume la spécialiste. 
 
4 ÉTAPES D’ÉVOLUTION
 
À sa naissance,
le nourrisson n’est pas conscient qu’il est un individu à part entière. Il a l’impression de n’être que le prolongement de l’adulte qui s’occupe de lui, que ce soit maman ou papa. Cette impression persistera plusieurs mois. «Le bébé qui se met les pieds dans la bouche ne réalise même pas que cet appendice lui appartient», illustre Mme Deslauriers.
 
Vers 4 mois,
bébé commence à se regarder dans un miroir et à sourire à son reflet. «Les parents croient à tort que leur enfant se reconnaît. À cette étape, le petit croit que c’est un autre bébé qui le regarde.» Ce qui l’attire, c’est uniquement l’aspect sensoriel du miroir, c’est-à-dire les contrastes, le mouvement, etc.
 
Vers l’âge de 7 mois,
bébé commence à développer son schéma corporel. Il touche à son corps, commence à faire des liens entre ses différentes parties anatomiques. «Et, jusqu’à 2 ans, c’est une phase d’exploration pour l’enfant.»
 
À compter de 18 mois,
habituellement, l’enfant se reconnaît dans un miroir. Quand il y parvient, on dit qu’il a franchi le stade du miroir. 
 
Stade du miroir et Terrible Two  
«L’un découle de l’autre», confirme Stéphanie Deslauriers. Le Terrible Two est une phase d’affirmation de soi. Impossible pour l’enfant de vouloir s’affirmer s’il n’a pas conscience d’être un individu à part entière. Quand le stade du miroir est atteint, la phase «terrible»
peut se déchaîner. «L’enfant est conscient de lui-même et donc qu’il peut exercer un certain contrôle sur lui et son environnement. Le Terrible Two est la phase où il teste les limites de ce pouvoir», explique la psychoéducatrice.
 
Savoir que l’enfant a atteint le stade du miroir permet au parent de se mettre en mode encadrement: il faut accorder un certain contrôle à l’enfant qui le recherche, mais surtout établir un domaine délimité dans lequel l’enfant a le droit de tester son pouvoir personnel.
 
Vers deux ans, on voit l’apparition des émotions sociales chez l’enfant: fierté, culpabilité, gêne, honte. «Toutes des émotions qui nécessitent le regard de l’autre porté sur soi», explique Mme Deslauriers. Un enfant qui n’a pas atteint le stade du miroir ne peut pas ressentir ces émotions.
 
Dès ce jeune âge, il est donc impératif d’encadrer le besoin de désirabilité sociale de notre enfant. «Autrement dit, simplifie Stéphanie Deslauriers, on ne veut pas que l’enfant ne se voie qu’à travers le regard des autres.» Là encore, les parents doivent trouver un juste équilibre entre féliciter l’enfant pour tout et ne jamais souligner ses réussites.
 
Un processus naturel
Chaque enfant atteint le stade du miroir quand il est prêt. Pour Francine Ferland, ergothérapeute et auteure du livre Le développement de l’enfant au quotidien de 0 à 6 ans (Éditions CHU Sainte-Justine), «rien ne sert d’imposer des jeux avec miroirs pour précipiter les choses». Bien sûr, vous trouverez sur le marché de nombreux jouets destinés aux 18 à 24 mois, qui incluent un miroir. «Pourquoi pas! Mais l’enfant est généralement en contact avec des miroirs dans la maison familiale. Et un hochet pour nourrisson, qui comporte un miroir, ne sert à rien pour l’atteinte du stade du miroir.»
 
Si vous souhaitez tout de même stimuler bébé à l’aide d’un miroir, Mme Ferland propose d’obstruer le miroir soit de crème fouettée ou de buée et que l’enfant l’enlève avec ses mains de sorte qu’il découvre son visage graduellement. «On mise sur le plaisir, mais ça participe aussi à la reconnaissance de soi», conclut l’experte. 
 

D'autres conseils de Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice.

Cet article a été publié dans le magazine Yoopa d'avril-mai 2015.