PUBLICITÉ

Mon enfant de 6 ans défèque dans ses pantalons

Développement de l'enfant 6-7 ANS image article

Question :

Bonjour,

Ma fille a 6 ans s’échappe encore dans ses sous-vêtements. Le médecin m’avait dit que ça arrivait chez certains enfants qui ne veulent pas aller aux toilettes lorsqu’ils sont à  l’extérieur de la maison. Mais là, c’est rendu qu’elle le fait même à la maison. Elle se sert les fesses et elle ne se rend même pas compte qu’elle l’a fait.  Je lui demande as-tu fait caca et elle me répond je vais aller voir.  Ma première réaction fut plutôt forte et je la chicanais. Quand j’ai vu que ça ne marchait pas, j’ai essayé avec un calendrier de récompenses. Cela a fonctionné 2-3 semaines, mais elle a fini par recommencer.

J’ai aussi essayé de l’ignorer, puis par l’humiliation en lui mettant une des couches de son frère de deux ans, qui lui, utilise juste une couche la nuit. Elle a trouvé ça bien drôle.

Elle me dit que cela lui fait mal quand elle va à la selle, alors je lui ai donné des fibres. Mais ça ne fonctionne pas vraiment davantage.

Svp, aidez-moi! Je suis désespérée et je ne sais plus quoi faire.
 
J.

 

Réponse :

Bonjour,

Pour votre question, j’ai demandé la collaboration de l’éducatrice spécialisée Véronique St-Germain, auteure de « Bye-Bye les couches! ».


Bonjour J.,

Pas facile cette situation! J’ai déjà vu des cas comme le vôtre et vraiment les parents passent par toutes les gammes d’émotions. Ça semble pourtant si simple, tu as envie = tu vas à la toilette!

Votre fille vit possiblement ce que l’on appelle de « l’encoprésie », ce sont des pertes de selles involontaires.

Comme vous l’a dit votre pédiatre, plusieurs enfants se retiennent par crainte de défécation ou parce qu’ils ne veulent pas aller à la toilette à l’extérieur de la maison.

Habituellement, le rectum (dernière partie du tube digestif) est vide de selles. Lorsque les selles arrivent dans le rectum, on a envie d’aller à la toilette. Cette envie est plus ou moins forte d’un individu à l’autre. Si on y va aussitôt, la vidange du tube digestif se fait complètement.

Par contre, lorsqu’on retarde, c’est alors que voit apparaître la constipation et parfois l’encoprésie. La défécation n’étant pas spontanée (car on se retenait d’aller à la toilette), la vidange de l’intestin n’est pas complète et les maux de ventre risque d’apparaître.

Puisqu’il reste des selles dans le rectum, celles-ci durcissent. La sensation rectale ne sait plus trop s’il y a ou non des selles dans le rectum, s’il faut aller à la toilette ou non. Les « boules » de selles qui restent dans le rectum deviennent plus grosses et ne peuvent être évacuées. L’enfant perd toute sensation rectale, ne sait plus quand il va à la selle et là, il y a les « accidents ».

Au niveau psychologique, il y a ce qu’on appelle le stade anal. Vers 2-3 ans, l’enfant a le pouvoir d’émettre ou retenir les selles (donc faire plaisir ou contrarier sa mère) et peut prendre goût à l’utiliser. On dit que certains restent à ce stade plus longtemps selon les bénéfices qu’ils obtiennent.

On conseille donc d’éviter de manifester trop de joie lorsque l’enfant fait une selle ou à l’inverse de porter trop d’attention à la constipation ou aux accidents en début d’apprentissage. Discrétion et simplicité sont de rigueur. Il ne faut jamais punir ou humilier un enfant qui salit sa culotte! On joue la carte de l’indifférence afin d’éviter les gains. 

Que faire lorsque l’encoprésie est installée?

On demande à l’enfant de s’asseoir sur la toilette (ou le pot selon l’âge) pendant 20 minutes après chaque repas. On lui donne des jeux, des livres, tout ce qui peut intéresser l’enfant et le détendre. (Ce n’est pas une punition!)

Dans cette position, le travail intestinal inconscient fait progresser les matières fécales dans l’intestin et ce, même si votre fille ne fait aucune selle.

Pensez à avoir un petit banc pour qu’elle ait les pieds bien à plat lorsqu’elle est assise.

Ne lui demandez pas s’il elle a fait une selle, mais dites-lui qu’elle entraîne son intestin.

Offrez-lui une alimentation saine et équilibrée riche en fibres.

Un climat de détente familiale doit être installé pour éviter des perturbations psychologiques chez l’enfant. Devenez zen par rapport à tout cela, évitez d’en discuter (ce sujet est banni). Tant que vous serez irritée par ce problème, votre fille le ressentira et ça risque de continuer.

Finalement, donnez-vous du temps!

Véronique St-Germain
Éducatrice spécialisée

 

Autres références pertinentes :

 

Bonne chance dans vos démarches.

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com