PUBLICITÉ

Mon enfant oublie tout

Développement de l'enfant image article
 
C’est la huitième fois qu’il oublie ses mitaines à l’école depuis le début de l’hiver, c’est à la sixième demande en deux minutes qu’il allume qu’il doit défaire sa boîte à lunch, c’est parce qu’il va replacer son jouet favori sur son lit (car il n’était pas à la bonne place!) qu’il oublie qu’il était en train de faire ses devoirs? Eh oui, nos enfants oublient… souvent, mais améliorer leur mémoire et leur concentration, c’est possible.
 
Bien sûr, le cerveau pour qu’il fonctionne à plein régime, il faut l’oxygéner. Respirer le grand air pourrait donc aider.
 
Il est aussi prouvé que l’hydratation est aussi importante à son bon fonctionnement. Boire de l’eau ne fera donc pas de tort non plus.
 
Finalement, différentes études démontrent que l’absorption d’oméga 3 stimulerait le cerveau. Mais il ne suffit pas de respirer, de s’hydrater et de manger du poisson régulièrement pour améliorer sa mémoire et sa concentration, il faut passer à l’action.
 
Même si notre cerveau n’est pas un véritable muscle, il est possible de le muscler! En fait, s’il n’est pas stimulé, il ne sera pas en forme.
 
Faire des listes de tâches à cocher. Les listes ne sont pas bonnes seulement pour l’épicerie ou le boulot. Un enfant qui fait une liste de sa journée, du lever au coucher, et qui coche à chaque tâche ou activité accomplie comprendra mieux comment fonctionne une journée, en plus de travailler sa mémoire.
 
Routine et notion de temps. La routine est bonne pour la mémoire. Elle est bénéfique pour les adultes, mais pour les enfants c’est une bénédiction. C’est en installant des activités à l’intérieur d’une routine que l’enfant viendra à placer tout dans le temps. Il ne faut pas oublier que le temps est un concept obscur jusqu’à l’âge adulte. Cela ne veut pas dire de placer la même activité tous les jours à 19 h.
 
Il faut varier à l’intérieur d’une semaine ou deux, mais organiser des repères pour la mémoire. Une émission familiale en direct le dimanche soir fera, qu’à la longue, l’enfant se souviendra qu’il faut avoir soupé, s’être brossé les dents, pris une douche et mis le pyjama avant que l’émission commence, que ce sera encore une fois les dents et ensuite le dodo lorsque l’émission se terminera, que ce n’est pas un soir de lecture avant de dormir et que le lendemain, c’est une nouvelle semaine qui commence. Rien de banal lorsqu’on entraîne la mémoire!
 
Lire. La lecture ne sert pas que d’apprentissage d’une langue ou de tremplin vers le sommeil. Elle stimule les neurones en entretenant et en améliorant la mémoire. Il s’agit d’un excellent exercice pour la concentration de votre enfant. Soyez attentif à ses goûts. Ce ne sont pas tous les livres qui arriveront à le captiver un long moment. La lecture de livres à courts chapitres, lus l’un après l’autre plusieurs soirs consécutif, fera que l’enfant voudra toujours se souvenir du chapitre précédent lorsqu’il reprendra la lecture du suivant.
 
Aussi, s’il lit un documentaire sur les lions, par exemple, on peut l’interroger pour qu’il questionne sa mémoire : « Qu’est-ce que tu appris? », « Te rappelles-tu où ils vivent? », etc.
 
Au dodo! Les heures de sommeil jouent sur le degré de fatigue et sur l'humeur, on le remarque facilement, mais aussi sur la mémorisation dans un cadre d’apprentissage.  On doit être à l’écoute du temps de sommeil dont notre enfant a besoin. Certains enfants ont besoin d’une heure ou deux de sommeil de plus que les autres enfants de leur âge.
 
Diminuer le stress. Inscrire un enfant dans une ligue de soccer, alors qu’il est évident qu’il n’est pas « un sportif d’équipe », le rendra nerveux dans l’apprentissage même de son sport et il ramènera ce stress à la maison parce qu’il ne se trouvera pas à la hauteur de vos attentes ou celles de son entraîneur. Ce stress aura aussi des répercussions sur son sommeil, sa mémoire, sa concentration à l’école.
 
Jouer pour entraîner sa mémoire. Exercer sa mémoire en jouant est facile. On joue aux classiques jeux de mémoire avec les enfants. Il en existe différents modèles avec la plupart de leurs personnages préférés, en plus!  
 
Exercice au quotidien. On apprend à notre enfant à se représenter les choses dans sa tête pour mieux s’en souvenir. On lui demande de se souvenir de 2 items dans la liste d’épicerie. Pour s’en souvenir, on lui donne des trucs : les voir en images dans sa tête, se souvenir des deux premières lettres des produits (par exemple L et B pour lait et banane) ou de faire des associations pour s’en rappeler (par exemple : ce sont deux trucs dont on a besoin au déjeuner).