PUBLICITÉ

Le cerveau : un muscle qui s’entraîne

Écoles et études image article
Apprendre à lire et à compter. Se rappeler le nom des camarades et des intervenants à l’école. Mémoriser un kata au karaté. C’est grâce à sa mémoire qu’un enfant arrive à retenir toutes ces nouvelles informations. Comment fonctionne la mémoire ? Comment aider son enfant à la développer ?
 
L’ABC de la mémoire
 
Tel un ordinateur, le cerveau recueille des informations, les différentes graphies du son « on » par exemple, et les emmagasine de deux façons.
 
La mémoire à long terme peut stocker une quantité infinie d’informations. Une fois encodées, elles ne bougent plus. Mais avant que ces connaissances se cristallisent, elles doivent traverser la mémoire à court terme. Cette dernière nous oblige à respecter deux paramètres : le temps et la quantité. 1 : la mémoire à court terme contient l’information pendant un temps restreint. Passé ce laps de temps, soit l’information est libérée (et on l’oublie), soit elle est emmagasinée dans la mémoire à long terme. 2 : la mémoire à court terme possède une capacité maximale. C’est pourquoi il faut éviter de la surcharger en la noyant d’informations.
 
En résumé, ce n’est qu’après des efforts soutenus et continus qu’un enfant réussit à mémoriser ses mots de vocabulaire et ses tables d’addition.
 
Des stratégies pour « booster » la mémoire
 
1.     Éliminer les distractions
Êtes-vous capable de mémoriser un numéro de téléphone si, au même moment, votre petit dernier hurle qu’il a faim ? Sûrement. Pour apprendre, il a besoin de calme. On ferme donc tous les appareils susceptibles de nuire à sa concentration.
 
2.     Multiplier les sens
L’utilisation simultanée de plusieurs sens facilite l’apprentissage.
Toucher : écrire le verbe finir, au présent de l’indicatif, à toutes les personnes.
Voir : lire en silence.
Entendre : lire à haute voix.
 
3.     Donner du sens aux informations
Les informations ou connaissances qui ont un sens se mémorisent plus facilement. Par exemple, les mots « garçon », « cocasse » et « limace » seront plus faciles à mémoriser dans ce contexte : « Le garçon raconte une blague cocasse à une limace. »
 
4.     Varier les méthodes d’apprentissage
Pour retenir des règles de grammaire ou des notions mathématiques, il faut parfois des dizaines, voire des centaines, de répétitions. Pour rendre l’apprentissage plus plaisant, il suffit de varier les méthodes : lire à haute voix, jouer au professeur en enseignant la matière à un parent, pratiquer en jouant à un jeu éducatif (jeu de société ou en ligne)…
 
5.     Répéter en espaçant l’intervalle
Les nouvelles connaissances doivent être répétées, répétées et répétées encore. Au début, l’intervalle entre les répétitions doit être rapproché. Puis, on espace les répétitions. L’objectif est double : faire passer l’information de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme… et garder la motivation de votre enfant.
 
6.     Viser le marathon et non le sprint
Inculquer cette bonne habitude très tôt à votre enfant : plusieurs courtes périodes d’étude donnent de bien meilleurs résultats, à court et à long termes, qu’un « blitz » la veille d’un examen.
 
 
Cet article est une collaboration de Succès Scolaire, une entreprise vouée à la réussite scolaire des élèves des niveaux primaire, secondaire et collégial. Elle offre des services d’aide aux devoirs, de rattrapage, d’enrichissement et de préparation aux examens.