PUBLICITÉ

Derniers jours à la garderie

Garderie 4-5 ANS image article

Tout à l’heure, je me rendrai au CPE de ma fille pour assister à un évènement important : le spectacle des finissants 2013.

Un grand jour pour ma fille, qui se dirige vers le Nouveau Monde de la maternelle. Une étape pour moi aussi. Dans quelque temps, je n’aurai plus de raisons de fréquenter la garderie.

D’un côté, c’est excitant. De l’autre, ça me rend un peu nostalgique. C’est un peu parce que je ferai de plus rares incursions dans le quotidien de ma fille. C’est aussi parce que je ne croiserai plus la super équipe d’éducatrices et sa directrice, pour échanger sur des banalités comme sur des sujets sérieux, pour demander leurs avis, pour vérifier si la fillette dont elles s’occupent est « la même » que celle qui est chez nous.

C’est comme si moi aussi, je devais grandir, maintenant…

Évidemment, lorsque je passerai à l’école, je pourrai m’informer, voir sa classe, son casier. L’école n’est pas une prison!

Mais ce sera différent. Le matin, je ne devinerai plus le diner en suivant mon odorat. (En fait, je devrai prévoir le diner...) À la fin de l’après-midi, je ne reprendrai pas mon souffle – et parfois, mon moral- en piquant une jasette avec « les filles ». Je ne surprendrai plus ma fillette en train de jouer à ceci ou à cela dans la super belle cour (sérieux, elle est vraiment belle la cour de notre CPE!).

Sous peu, ce sera la dernière rencontre avec Catherine, qui offre une aide précieuse en orthophonie à fillette. Une aide dont j’ignorais l’existence, avant que Manon, la directrice, ne m’en informe.

Je vous parle de tout ça, car je trouve que la plupart du temps, quand on parle de garderies, on le fait de manière « sombre ».

Je vous parle de tout ça, car j’entends régulièrement des parents dire qu’envoyer nos enfants à la garderie, c’est les faire élever par des étrangers.

J’allais dire que ce ne sont pas les éducatrices qui élèvent nos enfants. Mais en fait, élever, ça veut aussi dire « hisser, porter plus haut ».  Élever dans le sens d’éduquer, elles le font aussi et je n’y vois rien d’insultant. Qui donc sur Terre a été éduqué par une ou deux personnes seulement? On apprend de tous les horizons… Selon moi, ces personnes contribuent à élever nos enfants et c’est tant mieux.

Des étrangères, les éducatrices? Des personnes qu’on ne connait généralement pas de prime abord, il est vrai. Qu’on doit apprendre à connaître, à qui on doit faire confiance. Et qui deviennent des personnes significatives dans la vie de nos enfants. Rapidement, on les connait de  plus en plus. Il suffit bien sur de leur parler, mais aussi, d’écouter nos enfants…

« Isabelle, quand elle me prend dans ses bras, c’est comme ça » et il y a tant de douceur dans ce câlin que je ne peux douter une seconde de la tendresse d’Isabelle.

« C’est quand que Christine est dans mon local? Il ne faudra pas que tu me gardes à la maison, je m’en ennuie et on a des choses à faire ensemble! »

Et toutes ces phrases qui commencent par « Kim là… Julie là… »

Et ces services de dernière minute, rendus par ces « étrangères »… Mélanie qui ramène mon ainée et sa petite sœur en voiture parce que le vélo a lâché. Bibi qui lit sur Facebook que je suis fiévreuse et qui me ramène fillette à la maison… Et Jojo qui me donne en 2 minutes sur Internet, le dimanche de la fête des Pères, la recette de biscuits qu’on ne trouvait pas dans le mélange préparé en cadeau.

La garderie, ce n’est pas obligatoire, on s’entend. Mais ce n’est pas non plus le calvaire que certains prétendent. Ce n’est pas par manque d’amour et par égoïsme qu’on y envoie nos enfants. C’est un bel outil pour socialiser, s’ouvrir sur le monde, avant l’école. Ce n’est pas le seul, mais ça en est un bon.

Et dans la grande majorité des cas, les gens qui y travaillent le font par vocation. Car il faut plus qu’une formation académique pour prendre soin d’autant d’enfants quotidiennement. Quelqu’un n’ayant pas la fibre ne peut pas y demeurer des mois et des années.

Ce soir, à la fête des finissants, je serai sûrement émue, en voyant ma fille arrivée à cette autre étape et en constatant tous les efforts investis par l’équipe du CPE pour la réussite de l’évènement.

Mais dans quelques semaines, quand ce sera LE dernier jour à la garderie, je sais que je vais essuyer des larmes. Les miennes et celles de ma pitchounette qui portera toujours dans son cœur toutes ces personnes qui ont participé à l’épanouissement de la petite timide en pleurs des premiers jours, devenue une extravertie confiante et enjouée.

Chère équipe de la garderie, je vous l’ai déjà dit dans un précédent billet, mais encore une fois, MERCI pour tout ce que vous avez apporté à notre famille. N’ayez crainte, on le sait que vous ne faites pas que « garder » nos enfants!

 

  

Plus de billets de Mylen

Bonnes vacances à tous les partenaires scolaires!

Deux coups de cœur pour apprendre et s’amuser

Famille trop branchée?