PUBLICITÉ

Laisseriez-vous vos enfants seuls avec un homme à la garderie?

Garderie image article

Une histoire sortie récemment dans le Journal de Montréal a piqué ma curiosité et me pousse à me tourner vers vous pour avoir votre avis, les filles.

Je vous résume l’histoire vite vite.  Vous savez à quel point les places en garderie sont rares et difficiles à obtenir, dans certains secteurs de banlieue? Eh bien à Mirabel, une garderie est plutôt en manque d’enfants. Personne n’ose y laisser son enfant parce que le propriétaire est un… homme. 

Père de deux enfants, enseignant diplômé, formation en règle, il a même déjà été copropriétaire d’une pré-maternelle avec sa conjointe. Mais, toujours selon l’article du journal, dès qu’on apprend qu’il sera le seul responsable de la garderie, plus personne ne rappelle.

En parallèle, on relate l’histoire de Yanick, une éducatrice de Candiac qui a dû modifier son prénom parce qu’elle ne recevait aucun appel pour sa garderie.  En inscrivant plutôt Marie-Yanick dans ses annonces, miracle, la clientèle est revenue.

Intéressant. Honnêtement, les filles, vous non plus n’auriez pas trop confiance à un homme pour s’occuper tout seul de vos enfants en bas âge, n’est-ce pas? 

On jase, là. Il n’y aura pas de jugement, pas de bonne ou mauvaise réponse, pas d’insultes. Je veux juste savoir le raisonnement derrière tout ça.

Et pour vous aider, je lance moi-même les pistes de réflexion :

Est-ce parce que selon vous les hommes sont génétiquement incompétents pour ce genre de boulot?
Parce que ce sont des agresseurs potentiels jusqu’à preuve du contraire?
Parce qu’ils pourraient avoir une mauvaise influence sur votre enfant?
Parce que vous craignez qu’il soit moins attentionné ou chaleureux?
Parce que les gars, ça oublie toujours quelque chose?
Parce que votre instinct vous dit que ce n’est pas « normal » pour un homme d’être là?

Je ne les jugerai pas vos raisons, promis. Mais ça m’intrigue.

Ça m’intrigue parce que depuis des années, on réclame une plus grande présence masculine à l’école. On réclame des modèles masculins plus fort et plus présents. Étrangement, c’est surtout quand il est question du décrochage scolaire qu’on se tourne vers eux. Plus présents, oui, mais… pas avec les tout-petits. Et surtout pas seuls.

Je ne monterai pas aux barricades pour personne. Personnellement, je serais incapable de travailler en garderie. Chapeau, vraiment. Vous avez toute mon admiration. Mais pour quelqu'un qui a la passion, la formation et les compétences, pourquoi le bouder simplement parce que c'est un homme?

Une amie me faisait remarquer avec justesse que tous les gens qui pratiquent un métier non-traditionnel subissent les préjugés. La femme qui s’ouvre un garage va sans doute recevoir moins d’appels que son voisin. 

Peut-être que c’est juste ça. L’évolution sociale n’est pas encore rendue au mélange total des genres. À preuve, ce billet très pertinent de ma collègue sur la passion que soulève encore le « genre » des jouets.

Alors, éclairez-moi, une garderie avec un homme pour s’occuper tout seul de VOTRE enfant de deux ans, auriez-vous un petit malaise? Et pourquoi?

J’ai hâte de vous lire.

 

 

Plus de billets de Louis-Simon

Ce que les profs n'osent pas nous dire    

Être grand: mode d'emploi

Comment réagir à une crise, façon papa