PUBLICITÉ

Quand la garderie prend le rythme!

Garderie 2-3 ANS image article

Ça fait un moment que je pense vous parler des garderies. Mon collègue Louis-Simon ayant livré un touchant hommage à ses éducatrices, j’ai décidé d’attendre un peu ;)

Aujourd’hui, la 24e Semaine des services de garde touche à sa fin et c’est l’occasion de mettre mon grain de sel dans ce sujet.

Je vous avertis tout de suite. Je n’ai pas de parti pris pour les CPE ou les services de garde en milieu familial. Ni pour les garderies privées ou pour « Madame Tremblay qui garde un ou deux enfants du voisinage ». Je sais qu’il y a souvent des débats sur ce sujet, mais je ne peux me résoudre à trancher pour l’une ou l’autre de ces options. Pour moi, chacune d’entre elles a ses couleurs propres et amène son lot d’expériences, parfois négatives oui, mais plus souvent, positives.

J’ai expérimenté plusieurs des options de « garde » au fil de ma vie de maman. Depuis la garderie à 28 $/jours en 1995, j’ai connu le milieu familial (à 7 $ ou non, en installation ou pas), les garderies privées subventionnées, le CPE… Des grosses bâtisses, des petites maisons. Certaines avec de superbes aménagements pour jouer, d’autres un peu moins équipées. J’ai connu le début de « la mode » des cours. Informatique, danse, espagnol… J’ai trois enfants qui ont des photos de graduation de la garderie. Bref, j’ai fait le tour, je crois.

Mes choix de lieux et de personnes à qui confier mes enfants ont été influencés par plusieurs facteurs. Mais surtout, par mon feeling, qui m’a poussée à inscrire mes enfants ici ou là, et pour décider de les y laisser ou de recommencer à chercher.

Mon baromètre personnel? Mes enfants. Même petits, ils pouvaient m’indiquer ce qu’ils aimaient ou pas. Deux fois seulement, j’ai changé de garderie parce que je sentais que ça clochait.

Cette année, le thème de la Semaine est « Au rythme de ton histoire ».

J’aime.

Je pense que c’est la clef. Au CPE comme ailleurs, la personne qui compte le plus, c’est l’enfant. C’est pour lui que tout le monde travaille, les éducatrices (et parfois, éducateurs), la direction, les parents. Quand en plus le service de garde (quel qu’il soit) est ouvert à la réalité de la famille, des parents, c’est merveilleux!

Avec mon horaire et ma personnalité atypique, je me considère chanceuse d’être tombée sur le CPE que ma #3 a fréquenté et que ma #4 fréquente actuellement. Là-bas, j’ai vu tout le monde accepter le rythme de mes filles, leurs personnalités et leurs parents distraits. De plus, j’ai eu droit facilement à un temps partiel quand ça me convenait. Il y a de la chance là-dedans, mais il fallait, à la base, une ouverture qui n’est pas présente partout. On ne m’a jamais non plus culpabilisée pour les assez nombreuses absences de mes filles, ou parce que j’arrivais parfois pendant la sieste. On a été patient avec ma #4, qui a eu plus de mal à s’adapter que mes autres à la vie en garderie. On a même tenu compte de son « anxiété » lorsqu’il aurait été possible de la changer de groupe vu son âge. On a accepté ma lettre de « travailleuse atypique »…

Au rythme de l’histoire de ma fille. Au rythme de notre réalité parentale et familiale, aussi…

Une nouvelle garderie ouvre plus près de chez moi. Je suis à pied le jour et ça faciliterait peut-être mon quotidien de tenter d’y inscrire fillette. Je ne suis même pas allée voir. C’est sûrement un bel endroit, mais pourquoi changer une formule gagnante?

Ce matin, je pensais garder fillette à la maison. Pas question! Mademoiselle voulait aller voir « les amis »! Pour moi, ça dit tout. Comme quand elle me parle avec enthousiasme de Manu, de Jojo, de Bibi, de Manon, de Coco (même si j’ignore qui est Coco!) etc.

Bravo les filles, d’avoir apprivoisé mon petit oiseau un peu sauvage. Merci pour les innombrables changements de couches, l’apprentissage de la propreté quand ma fille a été prête et non quand un livre aurait pu l’exiger. Pour toutes ces chaussures attachées, ces tuques enfilées, cette crème solaire étalée. Pour les chansons que ma fille est fière de nous chanter. Pour les lulus qu’elle préfère se faire faire par vous. Pour ses petites mains qu’elle a appris à laver si soigneusement. Pour cette affection, dans vos yeux et dans les siens… Pour tout le reste! Vos journées sont remplies de tant de gestes et paroles répétés à ma fille et à tous les autres. Merci pour votre patience envers nos oublis, nos arrivées en catastrophe et le reste…

Décidément, j’aime beaucoup le thème de cette semaine. Je trouve qu’il colle bien avec la gang du Petit Équipage! Ce qui me permet d’écrire en sachant que fillette est bien plus qu’en sécurité et stimulée. Elle est heureuse.

Des « petits équipages », il y en a un peu partout dans la province. J’inclus, comme je vous le disais, tous les types de gardes.

Je vous lève mon chapeau à tous et à toutes!