PUBLICITÉ

Un enfant risque de perdre sa place en garderie s’il ne dort pas à la sieste

Garderie 0-24 MOIS image article

Question :

Bonjour, mon fils a eu 19 mois. Il fréquente la même garderie en milieu familial, accréditée par le CPE, depuis qu'il a environ 7 mois.

Depuis qu'il est au monde, il dort moins que la moyenne. Il faisait de beaux sommes d'après midi depuis un certain temps. Malheureusement, lors de ses 18 mois la gardienne nous a indiqué qu'il devait dormir sur un matelas avec les autres amis... Comme il dort un maximum de 30 minutes, il fait du bruit, il parle, hurle ou pleure et cela empêche les autres de dormir... Or, si cela ne change pas il se peut qu’il soit renvoyé...

La sieste se fait entre 12h45 et 14h45 et la garderie souhaite que mon fils dorme 45 minutes ou qu’il ne dérange pas les autres... Le soir, je couche mon fils vers 19h30 et même s'il se réveille avant il reste dans son lit sans crier jusqu'à 7h30 environ. Il va jaser ou relaxer simplement. La fin de semaine, il fait un somme vers 10h30 le matin pour environ trente ou quarante minutes puis un autre vers 15h20 et il dort environ 1 heure... À la garderie, il s’endort dans son assiette au dîner. J'ai essayé de lui donner le même horaire que la garderie mais sans succès comme si son système ne s’adaptait pas à ces heures...

Je risque de perdre ma place et ça c’est catastrophique! J'ai besoin de vos conseils pour la maison et la garderie...

Une maman désespérée...

 

Réponse :

Bonjour,

Votre situation est plutôt fréquente je dirais. Selon les lois et règlements des garderies en milieu familial, un enfant doit dormir sur un matelas dès ses 18 mois. Votre responsable de garde n’a donc pas vraiment le choix. Elle pourrait recevoir un avis verbal ou même écrit par son bureau coordonnateur si son agente de conformité était témoin de ça.

Ceci étant dit, votre garçon réagit peut-être à ce changement. Étant couché par terre, près des autres enfants cela peut être plus stimulant pour lui de même que le changement d’environnement physique. Il doit se familiariser avec ce qu’il voit autour de lui. Il s’habituera graduellement à son nouvel environnement pour la sieste. Cette période d’adaptation peut parfois être difficile pour la dynamique du groupe et donc pour la responsable en milieu de garde. De plus, vous dites que votre fils est déjà un petit dormeur alors ça peut venir un peu compliquer les choses. Ce n’est cependant pas dramatique, votre responsable en milieu de garde a accès à du soutien pédagogique gratuit par le biais de son bureau coordonnateur. Le rôle de sa conseillère pédagogique est justement de l’épauler dans ce processus afin de trouver les moyens appropriés à mettre en place pour aider l’enfant, le groupe et la responsable. Elle n’est donc pas sans ressources. J’ai intervenu à plusieurs reprises pour la période de la sieste dans des garderies familiales lorsque j’étais agente de soutien pédagogique pour un bureau coordonnateur. En travaillant en équipe, tout peut s’arranger! :)

Comme la situation se passe lors de votre absence et que votre enfant est encore jeune, vous êtes limitée dans ce que vous pouvez faire. N’ayez pas peur de vous faire renvoyer. Votre responsable n’a pas le droit de résilier votre contrat sauf dans certaines situations extrêmes qui n’est pas le cas présentement. Seul le parent peut le faire. Elle pourrait toutefois choisir de ne pas renouveler votre contrat sans vous fournir d’explication et elle serait dans son droit.

Les responsables en milieu de garde familial travaillent de longues heures et elles ont à cœur le bien-être de leur groupe. Le fait de travailler de la maison, sans collègue « à portée de main » avec qui échanger, les prive de ce soutien permettant de prendre une distance face à une situation et d’apprendre de nouvelles stratégies d’intervention par imitation. Ceci est évidemment mon avis personnel!  J’ai énormément appris de mes collègues en les observant lorsque je travaillais en CPE.

Si elle refuse d’appeler au bureau coordonnateur, vous pouvez vous-mêmes téléphoner afin d’expliquer la situation à sa conseillère pédagogique. Celle-ci pourra ensuite offrir son aide ou bien trouvera un moyen de lui offrir du soutien de façon détournée. Si la relation entre le milieu de garde et le bureau coordonnateur est tendue (ce qui arrive parfois malheureusement), vous pouvez lui proposer de l’aide externe. La majorité des coachs de notre réseau offre ce type de service. Elle peut avoir accès à du soutien à domicile ou bien téléphonique qui est plus abordable. Tous les frais pourront être ajoutés à ses dépenses d’entreprise.

Je vous souhaite donc de l’ouverture de toutes les parties afin que vous puissiez trouver en équipe comment intervenir dans la situation pour aider votre fils à s’adapter le mieux possible.

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici