PUBLICITÉ

Pour filles, pour garçons… pourquoi?

Éducation image article

Je ne sais pas ce qu’il en est de votre côté, mais pour ma part, je reçois bon nombre de courriels publicitaires pour toutes les occasions spéciales (donc, tous les jours, dans notre monde de consommateurs).

 

Évidemment, je n’y échappe pas à la rentrée.

 

Mais cette année, bon nombre d’entreprises m’ont tapé sur les nerfs et j’ai eu tendance à ignorer leurs « offres exceptionnellement pseudo-alléchantes ».

 

On dirait que j’ai reçu encore plus de « messages genrés »…

 

Et ça dépassait les vêtements (pour lesquels on peut toujours tenter de se dire que c’est une question de coupes et de tailles que l’on spécifie « pour filles » ou « pour garçons »).

 

Cette année, il me semble avoir reçu un bombardement de « pour filles » et « pour garçons » en ce qui a trait au matériel scolaire et autres accessoires d’école.  Étuis à crayons, sacs à dos, boites à lunch, taille-crayons, casquettes, gourdes, chaussettes, parapluies…

 

Hier, une amie a même partagé une photo montrant deux globes terrestres; un bleu classique pour les garçons et un ROSE pour les filles.  Dites-moi depuis quand les océans sont-ils roses pour la moitié de la population?

 

À notre époque où on se bat pour la liberté de tous et toutes, où on veut repousser les stéréotypes… pourrions-nous commencer par laisser tomber des catégories sexuelles pour des étuis à crayons?

 

Je n’aime pas, quand je regarde des articles pour enfants, me faire dire que la Reine des neiges est réservée aux fillettes, que Pokémon est pour les garçons et que l’équipe Mario Bros peut convenir à tout le monde. Que selon telle compagnie, les Minions ne sont que pour ma fille et que selon l’autre, mon fils peut les aimer.

 

Mon petit dernier voue un amour fou à une émission mettant en vedette des chiots. Comme il n’est pas le seul, un million de produits dérivés occupent les étals des magasins.  En grande majorité, on affiche les héros masculins de cette émission ensemble sur fond bleu ou vert et les personnages féminins (moins nombreux) sur des produits roses et mauves.  Rarement voit-on l’équipe au complet sur un article… 

 

Or, mon fils, bien qu’aimant tous les personnages, est souvent attiré par un husky « fille ». Et on lui achète des produits roses, quitte à attirer le jugement.  Mais il a 2 ans seulement; nous ne faisons pas preuve d’un grand « courage » en agissant ainsi.  Eh oui, souvent je pense à plus tard et aux risques d’intimidation si on lui offre un sac mauve pour l’école… Comme pour ce petit garçon et son sac de pouliches, dont je vous avais parlé il y a quelques années…

 

Alors je croise les doigts pour que les mentalités changent. Pour que les gens du marketing cessent de vouloir nous vendre ceci pour Elle et ceci pour Lui. Pour que les enfants puissent afficher leur affection pour une couleur, une émission de télé, les monstres ou les licornes, sans crainte de railleries.

 

Ne bannissons pas le rose, les paillettes, ni le vert et les dinosaures. Mais cessons de dire qui doit opter pour les paillettes et qui n’a pas à aimer le rose.

 

Nos filles et nos fils ont le droit d’aimer autant Fraisinette que Batman.  À notre époque de déchirements locaux, nationaux et mondiaux, pourquoi en plus donner un genre aux objets?

 

C’est un bien petit détail pour plusieurs, mon histoire d’aujourd’hui… Mais si nos enfants pouvaient cesser de se faire dire « Pas d’Hello Kitty pour toi mon fils » ou « Les tracteurs ne sont pas pour les filles », peut-être grandiraient-ils avec moins de préjugés et de méchanceté de cour d’école… 

 

J’ai parlé de la rentrée, mais on peut étendre le « réflexe de genres » à toutes les sphères de nos vies.  Associer les cheveux longs au sexe féminin, offrir des surprises « pour filles » ou « pour garçons » dans nos restaurants, dire qu’un « vrai gars » adore les camions… N’est-il pas le temps de dépasser ça?

 

Qu’en pensez-vous?