Hélène Fagnan Coach familial

Le dodo de mon coco

Le dodo de mon coco
Libellés : Vie de famille Publié le 17-04-2012 à 07:00

Question :

Bonjour !
Je vous écris avec l'espoir que vous puissiez m'aider.

Mon fils de 3 ans ne fait pas encore ses nuits. Je vous explique. À 2 ans, il dormait seul dans son lit toute la nuit sans aucun problème. Puis, nous avons déménagé et en raison de circonstances en dehors de notre contrôle, notre coco a dû dormir dans notre chambre plusieurs mois. Les voisins d'en-dessous faisaient tellement de bruits la nuit qu'ils le réveillaient et l'empêchaient de dormir ! Même nous, nous ne pouvions dormir dans sa chambre tant ils criaient fort.

Coco s'est mis à avoir peur et à venir dormir dans notre chambre. Au début, il dormait dans notre lit, puis nous lui avons installé un lit de camp à côté du nôtre.

La situation a fini par rentrer dans l'ordre après près de 3 mois, mais coco avait toujours peur dans sa chambre.

Nous lui avons construit un magnifique lit cabane, il nous est désormais interdit de s'assoir dessus. Il est encore difficile pour lui de rester dans son lit pour le dodo. Il veut être collé. On a tenté les autocollants s’il arrivait à dormir seul toute la nuit. Cela a fonctionné une semaine puis le tout est revenu comme au début.

Nous avons tenté de nous éloigner progressivement, mais c'est la crise à chaque soir quand nous ne sommes plus tout près.  

Quand, à bout de larmes, il finit par s'endormir sans nous il vient nous rejoindre dans la nuit à plusieurs reprises, chaque fois nous retournons le porter dans son lit mais le comportement persiste

Avez-vous des idées pour lui permettre de faire des bonnes nuits et à nous aussi par le fait même car l'épuisement nous guette tous.

Merci beaucoup.

Marilou

 

Réponse :

Bonjour Marilou,

Wow! Un lit cabane. Quelle belle idée! :) Les interventions que vous avez mises en place sont super. Le premier élément qui en ressort, est le fait que cela a fonctionné pendant une semaine. C’est malheureusement une erreur assez fréquente. Il est peu réaliste que tout soit rentré dans l’ordre après une semaine. On ne peut pas non plus s’attendre à ce que l’enfant réussisse à tous les coups. Avant de changer un comportement, on peut compter entre 21 à 30 répétitions.

Votre idée d’autocollants est très bonne mais vous devez avoir des attentes réalistes et continuer pendant au moins 3 à 4 semaines sans aucun « succès » pour en conclure que cette façon de faire est inefficace.

Vos objectifs doivent donc être atteignables afin de faire vivre des réussites à votre fils et ainsi lui donner le goût de continuer de réussir. Un enfant qui sent qu’il n’a pas droit à l’erreur car la barre est trop haute, a de grandes chances de se démotiver. Pourquoi se forcer à le faire si le succès n’est pas à sa portée! Pour plusieurs d’entre nous, enfant comme adulte, nous restons motivés tant et aussi longtemps que nous avons espoir et la confiance de réussir.

Votre deuxième choix d’intervention est probablement inspiré de l’émission « Super Nanny » où Joe Frost montre à certains parents d’appliquer cette technique. Cette intervention est adéquate lorsque l’enfant est très anxieux de se retrouver seul étant privé d’un contact avec ses parents. Il est possible que je me trompe, mais le fait que votre fils ait répondu positivement aux autocollants, même de façon temporaire, démontre qu’il est peu probable qu’il soit angoissé de se séparer de vous la nuit venue. L’anxiété n’est pas un comportement rationnel et même de très beaux autocollants peuvent difficilement contenir ce sentiment, surtout chez un tout-petit qui a peu d’expérience de vie au niveau de la gestion de l’anxiété. ;) Il est même possible que l’anxiété augmente étant donné que l’enfant, en plus d’être anxieux d’être séparé de ses parents, sait qu’il risque de ne pas avoir son bel autocollant! Mais je le répète, je peux me tromper. Je n’ai pas tous les éléments en main pour avoir une vision globale et réaliste de votre situation.

Pour ce qui est des visites nocturnes de votre fils, je vous invite à continuer de faire ce que vous faites en reconduisant votre enfant dans son lit. Il est préférable que le parent le fasse d’une façon assez neutre et sans trop parler à l’enfant afin qu’il n’en retire aucun gain relationnel. Si son expérience n’est ni désagréable, par ex. : «Encore! Je t’ai dit que la nuit tu dormais dans ton lit. Je ne suis pas contente que tu viennes me réveiller. Je te le dis à tous les soirs.», ni agréable «Pauvre p’tit chou, tu t’es encore réveillé. Viens, maman va te prendre et aller te border dans ton lit pour que tu fasses un beau dodo.», mais neutre : le parent se lève pour raccompagner son enfant dans son lit de façon très neutre, sans dire un mot ou encore en lui disant « C’est la nuit. C’est l’heure du dodo et tu dors dans ton lit. », sur un ton de voix sans reproches, l’enfant ne pourra que trouver ça «plate» car il n’en retirera rien à répéter ce comportement.

En résumé, je vous propose de reprendre votre idée d’autocollants mais je l’accompagnerais d’un tableau, affiché près de son lit, où vous pourrez y coller ceux-ci et ainsi permettre à votre enfant de voir ses réussites. Des tableaux de renforcement positif sont disponibles dans la boutique en ligne de Nanny secours. Cet outil pédagogique inclut la marche à suivre afin de l’utiliser adéquatement.

Je vous invite à lire « Est-ce que c’est normal, les tableaux de motivation ne fonctionnent pas avec mon enfant? » ainsi que les précédentes réponses sur le sujet.

 

Réponses YOOPA :

 

Réponses Nanny secours :

 

J’espère que ma réponse pourra vous être utile.

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici!

 

À voir également

Laissez un commentaire

Photo de Hélène Fagnan

Hélène Fagnan

Coach familial

Voir tous les billets >>

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

De quelle façon magasinez-vous les fournitures scolaires?
Voir tous les sondages >>