PUBLICITÉ

Comment gérer les réactions après l’arrivée de bébé

Famille image article
Les premiers jours, c’est magique. Grand frère ou grande sœur est émerveillé à l’arrivée de bébé. Puis, la jalousie s’installe et ça devient plus difficile… En considérant la situation du point de vue de votre enfant, il devient plus facile de gérer les comportements négatifs et retrouver l’équilibre au sein de la maison.
 
Les premières semaines : un point tournant
 
« Lors des premiers jours, l’arrivée de bébé est une expérience positive pour l’enfant », explique Claire Leduc, travailleuse sociale et thérapeute conjugale et familiale depuis plus de 35 ans. « Il y a la fierté d’être grand frère ou grande sœur, plein de gens visitent le bébé… »
 
Puis, l’euphorie passe. Les parents ne dorment plus, bébé pleure – peut-être même qu’il réveille l’enfant la nuit. Bébé demande beaucoup de soin et on accorde moins d’attention à l’enfant. Lorsque bébé commence à sourire, faire des sons ou ramper, on le couvre de compliments… mais on n’en fait pas autant pour l’enfant, qui peut finir par se sentir délaissé.
 
Est-ce que mon enfant régresse?
 
« L’enfant en manque d’attention va souvent régresser, pour essayer de retrouver le contact avec ses parents. Il demande le biberon plutôt que le verre, recommence à faire pipi pour qu’on le change, se réveille la nuit pour être bercé… » Dans le cadre des ateliers de formation Le Parent-entraîneur, Mme Leduc explique qu’on ne devrait pas punir les comportements négatifs, mais plutôt faire preuve d’empathie et amener l’enfant à s’exprimer.
 
« Il faut trouver du temps pour rassurer l’enfant, lui rappeler qu’on l’aime toujours autant ». Pour avoir un impact, ces marques d’affection doivent être « exclusives » à l’enfant : pas pendant qu’on change la couche de bébé ou qu’on fait du ménage. « Une fois le sentiment de sécurité rétabli, l’enfant pourra reprendre son développement ».
 
Mon enfant devient agressif
 
Certains enfants peuvent se montrer agressifs envers le nouveau bébé, allant jusqu’à le taper de la main ou le frapper avec un jouet. « Il faut arrêter le geste rapidement, surtout sans taper à notre tour, et insister par une consigne claire comme “non, pas de bobo au bébé” », suggère Mme Leduc. La thérapeute soutient que la punition entraîne un cercle négatif, où l’enfant est doublement frustré par l’arrivée du bébé et parce qu’il est puni.
 
Aider l’enfant à accepter le nouveau bébé
 
« Il faut accepter que ça peut prendre du temps », explique Mme Leduc. La thérapeute recommande de confier de petites responsabilités à l’enfant pour aider à s’occuper du bébé. « On peut lui demander de jouer avec bébé, de lui chanter une chanson, ou encore d’aller chercher une couche ou tenir le biberon. Ces petites tâches aident l’enfant à se sentir important, à développer sa confiance. »
 
Trouver le temps pour notre enfant
 
Même si les premières semaines avec bébé sont souvent exigeantes, Mme Leduc insiste sur l’importance de prévoir du temps de qualité avec son enfant. « Si bébé reste à la maison, mais que l’enfant va à la garderie, on peut prendre congé de temps en temps et garder l’enfant à la maison », suggère-t-elle. On peut aussi faire garder bébé et s’offrir une sortie parent-enfant, pour changer d’air.
 
Enfin, Mme Leduc croit que ce peut être le moment parfait pour des « vacances » chez les grands-parents. « L’enfant y sera assurément gâté à souhait, mais c’est aussi une chance pour les grands-parents de parler de l’arrivée de bébé avec l’enfant, de présenter ça comme un événement positif, excitant ».