PUBLICITÉ

4 défis de belle-mère ou de beau-père

Familles d'aujourd'hui image article
Oh! Les belles-mères et les beaux-pères! Ouf! Leur rôle est souvent ingrat! Et leur vie pleine de défis! Survol de quatre principaux.
 
1. Son rôle
Il n’est pas le parent de l’enfant et ne le sera jamais : ça, c’est la partie facile. Mais qui est-il alors? Un ami? Un confident? Une autre figure parentale… ou un peu de tout ça, à la fois? Trouver sa place n’est pas simple. Une première partie d’introspection doit donc se faire en solo pour établir sa position personnelle. Ensuite, il devra en discuter en couple pour que tout soit clair. Le couple forme une nouvelle équipe et doive travailler ensemble.    
 
2. L’ex   
Dans un monde idéal, les ex et les nouveaux conjoints s’entendraient bien et seraient capables de se parler, sans malaise. La réalité est souvent bien différente. Toutefois, dans une nouvelle recomposition familiale, les chicanes d’adultes doivent être mises de côté. Les enfants, d’abord! Le beau-parent ne doit jamais dénigrer l’autre parent devant les petits. Ni entretenir de jalousie ou encore empêcher son conjoint d’être en contact avec son ex.
 
3. Son autorité
Devant les «Je n’ai pas à faire ce que tu me dis, t’es pas ma mère/mon père!» ?, il faut savoir y faire face. D’abord, on met les choses au clair avec les enfants. Un beau-parent n’est peut-être pas son «parent», mais c’est une figure parentale qui veut son bien. Et parfois, ça passe par faire de la discipline! L’important est de toujours encourager le respect. Pas de recette miracle : c’est en faisant une véritable équipe avec son conjoint qu’un beau-parent éclaircit les limites et les applications de son autorité.  
 
4. Les émotions des enfants… et les siennes!
Les enfants ont souvent de la difficulté à bien exprimer leurs émotions. Parfois, ça explose ou ça sort un peu « tout croche ». Le tant redouté « T’es pas mon père/ma mère! » risque d’arriver jusqu’à leurs oreilles… et leur arracher le cœur. Parce que ces enfants, le beau-parent les aime vraiment. Cependant, il doit faire preuve d’une grande capacité de compréhension. Les enfants le repoussent parfois, car il le relie au fait que ses parents ne sont plus ensemble. Plus encore, certains enfants se sentent en conflit de loyauté envers leur mère quand ils passent du bon temps avec leur belle-mère (ou avec leur père en présence du beau-père). Un truc important : ne rien forcer. Le temps est leur meilleur allié. On ne peut jamais imposer une relation. On s’apprivoise tranquillement.