PUBLICITÉ

Bonjour, je suis un papa

Familles d'aujourd'hui image article
J’avais reçu cette drôle d’invitation sur ma page Facebook au mois de novembre dernier : « Seriez-vous intéressé à venir faire une conférence sur la paternité, pour notre petit regroupement de mamans? »
 
Sur le coup, j’ai cru à une erreur. Je n’ai aucune formation en petite enfance, aucune crédibilité, aucune compétence particulière à part de raconter mes pitreries sur ce blogue depuis des années.
 
Puis je me suis dit « mais pourquoi pas? ». Essayons de mettre quelques idées ensemble et montons une petite présentation (conférence, c’est un bien trop grand mot!)
 
J’y suis donc allé cette semaine. Et j’ai adoré l’expérience.
 
Une vingtaine de mamans (et un papa!) étaient là, certaines avec leur bébé, prêtes à écouter un papa déblatérer sur son univers. Armé de mon Powerpoint minimaliste, j’ai tenté du mieux possible d’illustrer ma vision de la paternité, sous différents angles.
 
Ça allait de la pré-paternité (« La conception de l’idée d’être père est plus complexe que la conception tout court!») à la vie de couple après les enfants, en passant par tous les apprentissages fascinants qu’un papa peut faire dans sa nouvelle carrière.
 
Je n’ai pas pu me retenir de souligner quelques différences entre les papas et les mamans, mais aussi nos points communs. Et on a défait quelques mythes sur les pères d’aujourd’hui et sur la quête d’identité de l’homme.
 
Vous me connaissez, ça n’a pas été hyper sérieux. Et j’ai bien précisé que je ne parlais pas au nom de tous les pères. C’était bien ma vision à moi de cette curieuse chose qu’est la paternité.
 
Préparer cette petite jasette m’a poussé à me questionner encore plus sur mon rôle de père, et sur toute l’expérience acquise au cours des années.
 
Mais le grand plaisir a vraiment été de jaser avec les mamans présentes, après la conférence. Et de constater qu’elles semblaient avoir apprécié connaître le point de vue d’un père. Sincèrement, ça a été très agréable d’échanger sur nos craintes actuelles, nos visions communes, nos réalités cruelles et sur des sujets très terre-à-terre comme les boîtes à lunchs.
 
À force de jaser, on se comprend toujours mieux.
 
Quelques notes que je retire de cette jasette :
 
-          Les pères d’aujourd’hui sont beaucoup plus impliqués et présents que les générations précédentes. On dirait même que l’idée d’être père est plus attirante qu’avant, auprès de la nouvelle génération. En d’autres mots, être père, c’est in!
 
-          Papas et mamans, nous avons chacun nos forces et nos faiblesses. À deux, on doit pouvoir mener une barque assez efficacement. Mais pour ça, il faut accepter de se tromper. Être parents, c’est se tromper souvent, non?
 
-          Plusieurs mamans m’ont confié qu’elles appréciaient (secrètement) le fait que le papa soit moins « stressé » qu’elles avec le métier de parents. Ça dédramatise. C’est vrai qu’on n’a pas toujours la même vision du danger, ni la même obsession de la perfection. De rien.
 
-          Est-il possible que plus les enfants vieillissent, plus le père prend de l’importance? Même avec un papa bien présent et impliqué, la mère est le centre émotif de l’univers d’un bébé. Mais on dirait qu’au fil des années le papa est de plus en plus populaire. Bon, ce n’est pas un concours de popularité, mais au moins ça remonte notre estime.
 
-          Même si les temps ont changé, y’a des clichés qui restent vrais. Les stéréotypes hommes/femmes font encore rigoler. Ça doit être parce qu’il reste un fond de vérité…
 
Un grand merci à l’organisme Matins Mères et Monde pour l’invitation.