PUBLICITÉ

Ce qu’on aime des pères d’aujourd’hui

Familles d'aujourd'hui image article
Régulièrement dans les médias, on  parle des statistiques qui disent qu’encore à notre époque, les femmes « en font plus » que les hommes. Plus de ménage, plus de bouffe, plus de soins aux enfants, etc.
 
C’est peut-être vrai, il y a encore du chemin à faire. Mais ce ne sont pas nécessairement les papas, qui refusent d’en faire plus. Malheureusement encore de nos jours, certains employeurs voient d’un mauvais œil les congés de paternité, les absences pour raisons familiales, etc. Encore aujourd’hui, certaines personnes s’adressent aussi automatiquement à la mère quand il est question des enfants.
 
Ça me rappelle, il y a quelques mois, alors que j’étais en voiture avec mon conjoint. Une secrétaire d’école a téléphoné à mon chum « parce que je n’étais pas joignable ». Notre fille avait mal au ventre et l’école voulait que j’aille la chercher. Mon chum tentait d’expliquer à la dame qu’il y allait de ce pas, mais la dame continuait de demander comment ME rejoindre. Ce n’était pas pour mal faire, j’en suis persuadée. C’est un automatisme encore présent…
 
Aujourd’hui, j’ai envie de faire un clin d’œil à tous ces papas qui ne « remplacent » pas les mamans quand ces dernières ne sont pas disponibles. Ces papas qui ont leur place à eux, tout aussi importante et efficace.
 
Voici donc en vrac, quelques bons coups des pères. Qui étaient là aussi « avant », mais qui me semble de plus en plus fréquents, naturels. Et qui me font penser que d’ici quelques années, on différenciera de moins en moins les responsabilités parentales.
Je vous sors ces quelques observations maintenant, car pourquoi toujours attendre juin et la fête des Pères pour en parler? ;)
 
On aime :
 
  • Voir les papas aux rencontres scolaires. Avec maman (qu’elle soit conjointe ou « ex »), ou seuls
  • Les voir aussi nombreux matin et soir, à la garderie
  • Les papas qui apprivoisent ou maîtrises les couettes, les tresses et même le fer plat
  • Ceux qui participent activement aux devoirs des enfants
  • Les pères qui osent demander à leur employeur des accommodements pour leur conciliation famille-travail
  • Les papas au fourneau, au bricolage, au raccommodage
  • Et ceux qui magasinent des cadeaux de fêtes d’ami, des items pour les exposées oraux
  • Les papas qui assistent aux cours de ballet, à la gymnastique et ce, tant pour fillette que pour fiston
  • Et les pères qui assistent à autant (sinon plus) de rendez-vous médicaux ou d’aide académique que maman
  • Voir des papas enfiler des écharpes de portages, pousser des poussettes, qu’ils soient avec maman, seuls ou en petits groupes d’amis de gars
  • Qu’ils posent des questions sur l’éducation, les soins, les impacts psychologiques ou physiologiques chez l’enfant…
  • Les voir si à l’aise de donner le bain, de boutonner des pyjamas
  • Qu’ils n’aient pas peur de donner attention et affection en public comme en privé
  • Que papa sache remplir le sac à couche, doser un médicament, acheter des bottines sans vérifier auprès de maman
  • Les entendre et les voir s’attendrir, exprimer leur fierté et leur amour pour leur progéniture
 
La liste pourrait être bien plus longue. Qu’y ajouteriez-vous?
 
Tout ça pour dire qu’on vit quand même à une belle époque. Les blagues sur les pères qui ne savent pas agencer les couleurs ou enfiler un cache-couche seront bientôt plus que dépassées.

Sous peu, on ne dira plus aux mamans de ne pas craindre de perdre leur place et d’arrêter de vouloir tout gérer. Ce ne sera plus nécessaire, car chacun aura assez confiance en l’autre et en soi-même pour élever les enfants en réelle équipe.
 
Je ne dis pas que pour cela, il faille que tous les pères aiment faire des tresses. Mais on ne s’attendra plus à ce que toutes les mères aiment en faire et on acceptera que chacun et chacune trouve sa spécialité et relève des défis dans la famille.
 
Bientôt messieurs, on ne vous applaudira plus de savoir changer une couche.

Et selon moi, ce sera une bien bonne chose :)