PUBLICITÉ

Charte des droits et libertés des bébés

Familles d'aujourd'hui 0-24 MOIS image article
À quoi pourrait ressembler une charte québécoise des droits et libertés des bébés? Voici un exercice en 13 points (moins long que l’originale!)
 
 
CONSIDÉRANT que tout bébé possède des droits et libertés intrinsèques, destinés à assurer sa protection et son épanouissement;
 
Considérant que tous les bébés sont égaux en valeur et en dignité et ont droit à une égale protection de la loi;
 
Considérant que le respect de la dignité du bébé, l'égalité entre fillettes et garçonnets et la reconnaissance des droits et libertés dont ils sont titulaires constituent le fondement de la justice, de la liberté et (surtout) de la paix;
 
Considérant que les droits et libertés des bébés sont inséparables des droits et libertés d'autrui et du bien-être général;
 
Considérant qu'il y a lieu d'affirmer solennellement dans une Charte les libertés et droits fondamentaux des bébés afin que ceux-ci soient garantis par la volonté collective et mieux protégés contre toute violation;
 
À ces causes, Leurs Majestés George et Charlotte, de l'avis et du consentement de l'Assemblée nationale du Québec, devraient décréter ce qui suit:
 
 
 
 
  1. Tout bébé possède le droit fondamental de souiller un nombre infini de couches, que ces dernières soient jetables, lavables, biodégradables ou non.
 
  1.  Tout bébé a droit à un cycle de sommeil qui lui est propre, nonobstant celui souhaité par les adultes qui en prennent soin
 
  1. Tout bébé doit avoir accès à un garde-manger adapté à son âge et ouvert de jour comme de nuit, que ce dernier soit constitué de lait maternel ou maternisé, de purées maison ou du commerce ou d’aliments plus solides.
 
  1. Tout bébé possède le droit fondamental à la liberté d’expression, dont il peut user de manière plus large que le reste de la population. Soit en : recrachant ou lançant de la nourriture qui lui déplaît, pleurant, hurlant, frappant (des pieds, des mains, de la tête), émettant des sons susceptibles de porter à confusion, tapant du hochet ou de tout autre objet sécuritaire à sa portée. Le tout ne pouvant mener à aucune peine d’emprisonnement ou amende.
 
  1. Tout bébé peut user d’un droit de veto à propos des projets de ses parents. Sorties, fêtes, périodes de repos, etc. pourront donc être annulées ou reportées sans préavis minimum pour cause de gastroentérites, otites, varicelles ou autres.
 
  1. Tout bébé est libéré des règles de politesse de base pour plusieurs mois/années. Flatulences, rots, défécations bruyantes, éternuements et toux sans le coude, fluides issus du nez, de la bouche ou débordant de la couche sont permis et parfois même, encouragés (voir chapitre des rots).
 
  1. Tout bébé est en droit de se voir offrir un nombre incalculable de cadeaux de la part de sa famille proche et élargie, des amis et collègues ou de toute autre personne le trouvant vraiment trop craquant. Cependant, le parent ou tuteur aura droit de veto sur ce qui peut être ou ne pas être utilisé selon le stade de développement de l’enfant et en regard de ce qui pourrait lui porter un préjudice trop grand lorsqu’il regardera ses photos plus tard (exemple, des vêtements dépassant le stade de l’absurde).
 
  1. Tout bébé peut adopter un doudou favori et s’attendre à ce que ses adultes responsables respectent ledit objet réconfortant et veillent à ce que ledit objet ne soit jamais égaré trop longtemps.
 
  1. Tout bébé est en droit d’occuper un espace proportionnellement opposé à sa taille, via des aires de jeux ou de repos répondant aux normes de sécurité. Sont inclus dans cette clause des items tels que : parcs, balançoires, tapis de jeux, Jolly Jumper, couffins, berceaux, bassinettes, sièges…
 
  1. Tout bébé a droit d’accompagner ses adultes responsables dans des endroits publics sans devoir débourser  pour son entrée, son siège, son déplacement et en bénéficiant d’une tolérance raisonnable de la part des personnes présentes.
 
  1. Tout bébé peut circuler le visage ou la tête couvert(e) (bonnet, couverture, pare-soleil…) ou les fesses dénudées et peut bénéficier de divers accommodements raisonnables (ex : chaises hautes au restaurant, poussettes acceptées dans l’autobus…)
 
  1. Tout bébé est en droit de refuser qu’on nuise à son développement en s’adressant à lui de manière débilitante.
 
  1. Tout bébé a droit à des éléments vitaux de base, comprenant, outre la nourriture, la sécurité, les soins de santé et les vêtements qui ne grattent pas, à des séances innombrables de berçage et de berceuses, de câlins et de bisous, de mots tendres et de sourires. Le tout étant résumé dans l’alinéa « AMOUR ».