PUBLICITÉ

Femme seule cherche donneur de sperme (suite)

Familles d'aujourd'hui image article

Choisir la monoparentalité

L’envie d’élever un enfant avec un partenaire aimé est généralement le souhait de toutes les femmes. Combien de femmes ont rencontré sur le tard l’homme de leur vie, déjà père et ne voulant plus d’enfants? Certaines femmes ont réussi à vivre la maternité tardivement, faute d’avoir pu croiser le partenaire parfait avant. Le désir d’enfant se fait tôt ou tard sentir chez une femme, qu’elle ait 20, 30 ou 40 ans, un compagnon ou pas.

Quand l’horloge biologique indique que l’heure de la maternité a sonné, certaines femmes ne veulent pas faire le deuil de leur désir d’enfant et ont recours à la procréation assistée pour en avoir un. Elles ont pour motivation l’envie d’élever leur enfant à leur façon et de n’avoir aucun compte à rendre.

Un des grands inconvénients de ce choix vient de la crainte des reproches que son propre enfant pourrait lui adresser en grandissant. De fait, vers l'âge de 3 ou 4 ans, l'enfant commencera à poser la question légitime et naturelle: «Qui est mon papa?». Il sera alors important pour la maman de pouvoir répondre la vérité, toute la vérité, sur ses origines et sur sa filiation à son enfant.

Le rôle du père

Le père ne jouerait-il, finalement, qu’un rôle secondaire et ne se réduirait-il, tout compte fait, qu’à sa fonction de géniteur? Pas tout à fait.

La fonction paternelle agit sur la constitution de la personnalité de l’enfant. Elle intervient au niveau du développement affectif en assurant les possibilités d’autonomie et d’indépendance, nécessaires à une vie affective équilibrée et en assurant la confiance en soi permettant de faire face aux diverses compétitions sociales. Elle intervient également au niveau de l’organisation de la personnalité, dans la mesure où elle permet la constitution d’un surmoi stable à travers la fonction d’autorité. Le père s’avère une présence structurante dans la vie d’un enfant.

Avant de procéder à l’insémination avec donneur, une femme seule devra se soumettre à un bilan complet médical et psychologique afin de cerner tous les enjeux de sa décision et la portée de son geste. On soulignera alors l’importance d’avoir autour d’elle un réseau de soutien et l’appui de la famille et de ses proches.

Pour celles qui désirent malgré tout avoir un enfant en solo, Graines d’amour est un blogue fondé par une Française vivant à Paris, pour les mamans célibataires par choix qui ont fait appel à la procréation médicalement assistée avec donneur ou ont adopté un enfant.

Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur la procréation assistée en mars 2004, il n’est plus possible de rembourser les frais supportés par un donneur pour le don d’un ovule ou d’un spermatozoïde, ce qui implique que de moins en moins d’hommes font des dons de sperme et les cliniques doivent se tourner vers des «donneurs» américains qui, eux, sont rétribués et identifiés.

< Début de l'article