PUBLICITÉ

Jumeaux : dans la même classe ou non?

Familles d'aujourd'hui image article

La plupart des gens s’entendent pour dire que la différenciation des jumeaux est très importante pour leur développement et leur autonomie. Là où les avis divergent, c’est quand il faut intégrer cette différenciation. Et lorsque vient l’entrée à l’école, plusieurs parents sont confrontés à ce choix.

Les commissions scolaires n’adoptent pas toutes la même approche pour déterminer si des jumeaux doivent être séparés ou non. Évidemment, chaque position a ses avantages et ses inconvénients.

Pour l’union/contre la séparation

L’entrée à l’école est un changement à absorber en soi. Certains parents souhaiteront que leurs jumeaux soient dans la même classe pour bien s’adapter à l’école. Une fois l’école bien intégrée, ils pourront passer dans les années suivantes en prenant place dans des classes différentes.

La séparation pour des jumeaux particulièrement unis peut aussi faire en sorte qu’un des deux jumeaux ressente de l’anxiété ou pense continuellement à son jumeau pendant son absence. Cela peut le distraire de son apprentissage ou encore, l’amener à avoir moins d’intérêt pour l’école.

Dans d’autres cas, certains jumeaux entretiennent un esprit de compétition qui peut leur donner envie de se dépasser en voyant les progrès réalisés par l’autre.

Pour la séparation/contre l’union

La séparation peut, par contre, être bénéfique lorsqu’une trop forte compétition est présente entre les jumeaux.

Parfois, on assiste aussi à une relation dominant-dominé où le jumeau dominé aurait plus de facilité à se développer en l’absence de son frère ou de sa sœur. Notons par contre qu’il est rare qu’un jumeau soit dominant dans toutes les sphères.

Tout comme dans une fratrie normale, les comparaisons faites par les professeurs et l’entourage peuvent avoir un impact sur les enfants. Ceux-ci peuvent en venir à agir selon le « rôle » qui leur a été attribué (le tannant, le talentueux en sciences…) et à ressentir la pression de ce qu’on admire chez eux.

La séparation facilite aussi le développement de la personnalité distincte de l’enfant, celui-ci ayant à faire des choix sans son jumeau.

Dans les cas où les jumeaux sont particulièrement espiègles et complices, les professeurs peuvent apprécier de voir diminuer l’ampleur de leur tâche de discipline en ne prenant qu’un des deux enfants dans leur classe.

Voici des signes qui peuvent laisser croire que la séparation est indiquée ou peut être souhaitable :

  • Un enfant qui ne parle pas beaucoup et qui se met à parler davantage quand son frère/ sa sœur est absent(e); — Des jumeaux qui fonctionnent très bien l’un sans l’autre;
  • Des enfants qui ont des intérêts très différents;
  • Un jumeau qui compte toujours sur son frère/sa sœur pour faire quelque chose, mais qui se débrouille très bien par lui-même lorsque l’autre n’y est pas.

 

La meilleure approche : le choix libre

Quant à moi, je crois que chaque parent a, en principe, une bonne idée de ce qui est bon pour ses enfants et devrait, lorsque l’école visée a plus d’une classe du même niveau, pouvoir choisir de séparer ou non ses jumeaux.

Essai préventif

Avant même de vous engager dans l’aventure de ce choix déterminant, il vaudrait mieux faire ses propres tests. Voici quelques trucs :

  • Inciter les jumeaux à jouer avec des enfants différents (amis, frère/sœur, cousin/cousine);
  • Faire garder les enfants à des endroits différents lors de certaines occasions;
  • Inscrire les jumeaux à des activités différentes (ex. : cours de natation pour un, gymnastique pour l’autre);
  • Demander à la garderie/CPE de les faire passer quelques périodes dans des groupes différents.

 

Bref, il n’existe pas de réponse générale. Parents de multiples : forgez-vous une opinion pour le bien-être de vos enfants et… faites-la connaître à votre école! 

Mère – en simple et en double!

 

À lire également

«Ma jumelle, c’est l’amour de ma vie»