PUBLICITÉ

La mauvaise manie de voir juste les détails

Familles d'aujourd'hui image article
Des fois, je comprends les enfants de nous faire la baboune. Comme parents, on peut taper sérieusement sur les nerfs.

Les enfants aimeraient surement qu’on regarde plus souvent avec nos yeux d’enfants, plutôt que d’insister sur des détails inutiles.

Et ça arrive souvent. 

Si vous recevez un beau bricolage, par exemple. Mais il y a de la colle sur la table, de la peinture par terre, des pinceaux qui dégouttent et des accessoires qui traînent.
Tout ça, ce sont des détails, voyons. Et le chef d'œuvre, lui? Vous l'avez regardé? Pffff.

Les enfants ont plein d’exemples où notre focus est juste un peu a côté de la cible.

Ils ont fait le ménage dans UN coin de leur chambre? Le tas de traîneries qui reste dans les trois autres coins, ce sont des détails.

Fiston a eu une mention honorable en éducation physique? Super. Mais le 59% en math, c'est un détail!

Une culbute qui menace de leur tordre le cou? Vous avez vu le danger, ce détail inutile. Mais eux voulaient vous montrer l'exploit!

Si vos enfants s'entraident soudainement, se font un câlin ou se tolèrent simplement pendant 30 secondes, les 84 chicanes précédentes qu'ils ont eu dans la journée, c'étaient des détails.

Même chose quand après une horrible journée de crises et d'indiscipline, ils finissent par se calmer. Dans leur tête, le négatif, c'est du passé. Pourquoi les parents ne retiennent pas juste la beauté du moment présent?

Ils ont fait votre déjeuner? L'état de la cuisine, c'est un détail.

Votre mini veut vous faire un massage spontané? Les doigts sales sur votre chandail, c'est un détail.

Il a mangé un brocoli? Tout le reste, dans l'assiette, c'est un détail!

Ils ont desservi leur fourchette? Le reste des couverts qui traînent, c'est des détails.

Ils ont pensé à mettre du lait dans votre café? La porte du frigo restée ouverte, c'est un détail.

Elle fait son premier spectacle et a appris son texte par cœur? Le doigt dans le nez sur scène, c'est un détail.

Ah, que parfois on accroche sur des peccadilles. C'est une déformation parentale. Un petit travers que nous avons.
 
Mais il ne faut pas s'attarder à ce petit défaut. C'est juste un... détail!