PUBLICITÉ

Le rang de l'avenir

Familles d'aujourd'hui image article

Le rang influence le type d'emploi que les enfants occuperont un jour. Il semble que les aînés optent souvent pour des emplois plus conventionnels et reconnus socialement (architectes, comptables, ingénieurs).

Les enfants pris en sandwich choisissent davantage de postes en médiation, en relations humaines ou encore en psychologie. Quant aux plus jeunes, ils seraient plus attirés par des emplois non conventionnels (artistes, comédiens).

Patterns familiaux

Voici quelques dynamiques observées au sein d'une fratrie.

Dans une famille de quatre enfants
On voit se former deux couples d'enfants ou encore un couple et deux solitaires.

Dans une famille de cinq enfants
L'enfant du milieu est souvent pris entre deux couples; il est soit le bébé des trois premiers enfants, soit l'aîné des trois derniers.

Dans une famille de six et plus
Le plus jeune est souvent pris en charge par les aînés. Il est parfois plus difficile pour certains enfants de trouver leur place.

Portrait de famille 1

Claudie vient d'une famille de trois enfants. Elle est la seconde, la rebelle. «J'étais l'extrovertie de la famille, la tannante. J'essayais toujours d'attirer l'attention. Si je me forçais à l'école, je réussissais bien, sinon mes notes dégringolaient. Je me tenais aussi avec des bums. Ma soeur aînée était très conformiste. Elle réussissait super bien à l'école, n'avait que de bonnes fréquentations et ne faisait pas de vagues. Quant à mon jeune frère, il était plutôt tranquille.»

Et chez ses trois enfants à elle, comment les rôles sont-ils distribués? Après un court moment de réflexion, Claudie me répond: «Mon aîné est le conformiste, alors que ma fille, la seconde,me ressemble plus et a le rôle de la rebelle. Mon petit dernier est un enfant tranquille et doux.»

Portrait de famille 2

Marie-Josée est née la troisième dans une famille de quatre filles. «L'aînée est assurément la conformiste et la deuxième, la rebelle. Elles n'étaient ni amies, ni ennemies. Je dirais plutôt qu'elles étaient indifférentes l'une à l'autre. Moi, comme j'étais très sage et que je réussissais bien à l'école, j'avais l'impression qu'on ne me voyait pas. Mais en même temps, je savais que j'étais la chouchoute. Quant à ma plus jeune soeur, elle était notre petit clown. Elle avait aussi le rôle d'arbitre, parfois.»

Aujourd'hui, Marie-Josée a aussi quatre enfants, trois garçons et une fille. Pourquoi a-t-elle fait le choix d'avoir une famille nombreuse? «Lorsque j'étais jeune, j'aimais vivre dans une gang. Je voulais que ma famille ait la même couleur, la même diversité. Mon aîné est sans contredit mon rebelle. Ma seconde a le rôle de la conformiste. Pour ce qui est de mon troisième, c'est un enfant extrêmement introverti qui, par moments, peut être vraiment têtu. Mon petit dernier, c'est mon bouffon. Il rit tout le temps.»

Page 1 | Aîné, cadet, benjamin: le rang fait une différence
Page 2 | Des rôles centraux
Page 3 | Le rang de l'avenir
Page 4 | Élever une famille nombreuse