PUBLICITÉ

Les parents et le manque de temps

Familles d'aujourd'hui image article
L’un des dossiers les plus cruels de la vie de parents est sans doute de manquer de temps pour tout faire ce qu’on a à faire.
 
Bien sûr, on pense d’abord au forfait de base : Les repas, le ménage, la gestion du quotidien, la carrière, etc. Mais au-delà des demandes quotidiennes, on trouve surtout difficile de manquer de temps pour… être des parents. Des parents comme on aimerait l’être.
 
Parce qu’il y a deux types de parents en nous. Celui qui a la tâche d’élever des enfants, de veiller à leur santé et leur sécurité et de maximiser leur potentiel de développement. Et il y a l’autre parent, celui qui est le complice d’une jeunesse heureuse, joyeuse et aventurière. C’est ce 2e parent-là qui écope trop souvent, quand on manque de temps.
 
On n’a pas trop le choix de garder notre rôle de parent-plate, question que les devoirs soient faits, que leur corps reste sain et que la maison n’ait pas l’air d’une étable. C’est évident. Mais il y a des jours où ça pèse.
 
Les enfants ne le disent pas, mais nous on le sait. On est tannés de s’entendre chialer. Chaque fois qu’on ouvre la bouche, c’est pour donner une consigne, dire « non » ou grogner. Ce n’est pas ça, notre personnalité!
 
Tout ça part du manque de temps. Selon un sondage, ce sont 6 parents sur 10 qui culpabilisent à cause du manque de temps passé avec leurs enfants. On en passe du temps, mais ce n’est pas toujours suffisant pour l’apprécier. C’est de là que vient la fameuse notion de « temps de qualité ».
 
Oh, le petit pincement au cœur quand on réalise à quel point ils grandissent vite! J’entends certains parents me dire qu’eux, ils ont choisi de passer tout leur temps avec les enfants et qu’ils ne le regrettent pas. Je vous comprends et vous avez raison. Mais… ils ont quel âge? Un jour, ils finissent inévitablement par se détacher, ne serait-ce que pour aller à l’école. Vous aurez votre vie, ils en auront une nouvelle et comme par magie, vous allez aussi manquer de temps.
 
Au moins, la belle saison arrive. La saison où on passe plus de temps avec eux. La saison où les vacances rapprochent les familles. La saison où on redevient des parents moins stressés par le rouleau compresseur du quotidien.
 
Enfin, au lieu d’être des gestionnaires d’enfance, on aura enfin le temps de redevenir des parents.