PUBLICITÉ

À quel âge peut-on sacrer?

Familles d'aujourd'hui image article
Je ne connais pas un seul parent qui aime entendre un mauvais mot sortir de la bouche de ses chérubins.
 
Et ça n’a pas de lien avec la connotation religieuse. Entendre un enfant sacrer, c’est juste pas joli. Même quand ce n’est pas le nôtre qui est le coupable, les oreilles nous frisent.
 
On a déjà eu une discussion là-dessus, à la maison. Mon garçon m’a demandé un jour cette question bien embêtante : « À quel âge on a le droit de sacrer? »
 
Euh… Jamais? Ce serait la seule réponse évidente, même si on sait fort bien que c’est impossible. Il vient un temps où le juron sort tout seul de sa tanière, dès que les parents ne sont pas trop près.
 
Chez nous, on a longtemps fait très attention à notre langage devant les enfants quand ils étaient très jeunes. Je sais (pour l’avoir entendu) que tous n’ont pas cette délicatesse. C’est un choix.
 
On a choisi de garder les sacres pour les grandes occasions (donc quand les enfants ne sont pas dans les parages). Pourquoi?
 
-       Pour ne pas qu’ils répètent ces mots-là par mimétisme.
-       Parce qu’il n’y a qu’un pas entre « sacrer devant les enfants » et « sacrer après les enfants », ce qui est assez laid merci.
-       Parce que la rareté décuple l’effet punché d’un sacre.
 
Ben quoi, quand il n’y a plus rien qui fonctionne, un juron dans la bouche d’un parent-qui-ne-sacre-jamais, ça peut faire tout un effet.
 
Même ceux qui affectionnent le mot d’église dans leur vie familiale ne souhaitent pas transmettre cette habitude à leurs enfants. Mais ça va finir par arriver, inévitablement.
 
Donc, à quel âge peut-on sacrer? Ma réponse personnelle est : quand on est un enfant, jamais devant des adultes. C’est vraiment laid, un enfant qui sacre. C’est un anachronisme. Il faut une certaine maturité pour savoir quand utiliser le bon juron et ne pas blasphémer au gré du vent.
 
Je ne suis pas naïf, les enfants sacrent surement entre eux à l’école, surtout au secondaire. Mais j’espère qu’ils ont la décence d’être plus discret quand un adulte est dans les parages.
 
Oui, je sais : je ne fais que repousser la question. Quand est-ce que mes enfants auront le droit de sacrer devant moi sans que ça me fasse sourciller? Je ne sais vraiment pas.
 
Tiens, je l’ai. On devrait décréter que le droit de sacrer vient avec l’obtention du permis de conduire. Après tout, c’est souvent dans le trafic que le goût de sacrer nous vient le plus naturellement.